VOTE | 412 fans

#205 : S & B : Podium ou coulisses ?

Réalisé par: Patrick Norris
Ecrit par: Jessica Queller

 

Blair décide de saboter le défilé de mode de sa mère quand elle apprend qu'Eleanor a attribué des places au premier rang à Serena et sa nouvelle amie. Dan commence à trainer avec Chuck. Lily découvre que son cher mari Bart a un secret.

¤ Accès aux captures ¤

Popularité


4.5 - 4 votes

Titre VO
The Serena Also Rises

Titre VF
S & B : Podium ou coulisses ?

Première diffusion
29.09.2008

Première diffusion en France
24.04.2010

Vidéos

Promo

Promo

  

Extrait : Blair et Chuck

Extrait : Blair et Chuck

  

Extrait : Les 2 dernières minutes

Extrait : Les 2 dernières minutes

  

Photos promo

Serena et ses amies font le show

Serena et ses amies font le show

Dan et sa petite soeur

Dan et sa petite soeur

Jenny très occupée

Jenny très occupée

Serena et sa mère font du shopping

Serena et sa mère font du shopping

Chuck observe Blair

Chuck observe Blair

Blair apprend que Serena fait la une des journaux

Blair apprend que Serena fait la une des journaux

Blair et sa mère

Blair et sa mère

Jenny félicitée pour son travail

Jenny félicitée pour son travail

Jenny

Jenny

Jenny en veut à Blair

Jenny en veut à Blair

Pendant le défilé

Pendant le défilé

Jenny admire son travail

Jenny admire son travail

Serena prend la pose

Serena prend la pose

Serena dans une création de Waldorf Designs

Serena dans une création de Waldorf Designs

Serena défile

Serena défile

Serena et ses amies

Serena et ses amies

Jenny en plein travail

Jenny en plein travail

Défilé d'Eleanor Waldorf

Défilé d'Eleanor Waldorf

Rufus prend la tête à sa fille

Rufus prend la tête à sa fille

Plus de détails

S&B, podium ou coulisses ?

 

C'est le début de la Fashion Week à Manhattan. Pour Eleanor Waldorf, la célébrissime créatrice de la ligne de mode du même nom et mère de Blair, c'est l'événement de l'année. Pour présenter sa collection, elle compte plus que jamais sur Jenny et ses talents déjà maintes fois reconnus. Malheureusement, pour Jenny, cette reconnaissance a un prix : voilà déjà deux semaines qu'elle se fait porter pâle afin de s'occuper pleinement de Waldorf Designs.

Au lycée, tout n'est pas rose pour Blair, Dan et Chuck. Serena ne semble pas comprendre le récent comportement de Blair face à sa popularité soudaine, et la belle blonde n'hésite pas à se faire une nouvelle amie en la personne de Poppy, une star avec qui elle fait la une à la veille de la Fashion Week. Dan quant à lui, rejeté par Serena après leur rupture, est devenu à nouveau le "Lonely Boy", ignoré de Gossip Girl. Il se concentre donc pleinement à l'écriture, mais son mentor ne semble pas convaincu par ses nouvelles, qu'il tire de sa propre vie. Le vieil homme lui conseille de sortir de son univers confortable pour vivre de nouvelles expériences. Dan s'emploie donc à fréquenter et percer les secrets de Chuck Bass, rejeté par ses amis et son père. Le duo sera explosif, mais Chuck compte bien se divertir en entraînant Dan dans une épopée nocturne qui aura bien des retombées.

Quant à Blair, chargée du placement des invités lors du défilé Waldorf, la notoriété nouvelle de Serena ne lui convient pas, et elle compte bien tirer profit de son influence pour détourner son amie tant jalousée des projecteurs. Malheureusement, c'est sans compter sur Jenny, qui revoit le placement sans en informer Blair, et s'en attire les foudres.

En dehors de cet esprit de la Fashion Week, Lily Van der Woodsen, rejetée par Rufus, s'occupe de l'aménagement du nouvel appartement familial et aimerait bien affichée un portait pour lequel elle avait posé nue et dont elle n'avait jamais parlé à personne. Quand elle découvre que Bart a déjà acheté l'oeuvre, c'est l'hystérie. Pourtant, ce n'est pas pour le lui offrir que son mari a acheté le portrait, mais pour ne pas que celui-ci puisse nuir à sa réputation. Déçue, Lily découvre que Bart possède un dossier dans lequel se trouve tout ce qu'elle a à cacher et qui concerne toute sa vie passée. Elle décide de lui en parler, exprime son intention de ne pas cacher sa vraie personnalité à ses enfants, mais Bart possède une information que Lily ne semble pas vouloir voir ressurgir...

Gossip Girl : quand les pavillons blancs fleurissent dans Bryan Parc, ça veut tout dire, la fashion week. La période de l’année où n’importe quelle princesse de Park Avenue échangerait sa garde robe toute entière contre une place au premier rang des défilés les plus attendus. Il parait que cette année le placement des invités au défilé Eleanor Waldorf sera géré par notre B préférée.

Blair : alors cette directrice artistique vient de piquer le mari de cette actrice photo donc j’ai placé toute la rédaction du magasine entre elles deux. Je me suis dit qu’un crêpage de chignon en plein défilé ça ferait mauvais genre.

Eleanor : parfait, j’étais sure que ma petite fille ferait du bien meilleur boulot que cette publicitaire complètement shootée. Ça ne m’étonne pas qu’elle reparte en désintox elle volait les neuroleptiques de son fils.

Blair : je suis ravie de pouvoir donner un petit coup de main.

Eleanor : et Serena et toi resterez en coulisse avec moi comme d’habitude j’espère.

Blair : oui bien sûr c’est la tradition et ça t’embête que je mette les filles de mon lycée au deuxième rang ?

Eleanor : bien, ce sont des amies à toi pourquoi pas, elles seront toutes à tes pieds après ça.

Blair : je sais.

Eleanor : ah.

Au lycée.

Dan : ah le lycée, encore un jour béni en compagnie des jeunes seigneurs de New York.

Jenny : tu es redevenu le garçon invisible ?

Dan : oh ça me va très bien, je peux aller en cours sans me doucher, m’habiller comme un sac. Tout le monde s’en fou. J’ai tout le temps de me consacrer à mon dossier de candidature pour Yale maintenant.

Jenny : Dartmouth tu veux dire.

Dan : oh apparemment tous les meilleurs profs de littérature de Dartmouth se sont fait débaucher par Yale alors.

Jenny : ouais d’accord, tu dois le rendre quand ce dossier ?

Dan : lundi, Noël Chapirau m’aide à choisir quelle nouvelle je vais leur soumettre.

Jenny : ah bon, Geremia Harris n’a pas le temps de le faire.

Dan : ah, Harris et bah quand il m’a viré j’ai quand même envoyé ma nouvelle à Chapirau et il l’a adoré.

Jenny : c’est génial et pourquoi tu ne m’en as pas parlé ?

Dan : avec ton stage je ne te vois plus, tu es toujours à l’atelier Waldorf. D’ailleurs tu ne va pas être en retard en français là ?

Jenny : euh on a un remplaçant en ce moment et il est toujours en retard donc.

Dan : bon bah je vais être en retard en italien alors ciao sorella mia.

Jenny : allô Laurel, ouais c’est moi. Désolée j’étais dans les bouchons, je vous retrouve dans 5 minutes chez Eleanor ouais.

Chez Lily.

La décoratrice : Kiki Smith pour vous accueillir chez vous. Elmgreen et Dragset pour vous invitez à passer au salon.

Lily : oh j’adore, il est magnifique.

La décoratrice : et dans l’escalier pour donner le ton général, Richard Phillips.

Serena : salut maman, je t’ai emprunté ton collier.

Lily : c’est une pièce sublime. Serena tu as…

Serena : ça va ce n’est qu’un collier maman.

Lily : oh non je parlais du tableau chérie, je trouve cette toile absolument exquise.

La décoratrice : n’importe quel musé vous l’envierait.

Lily : Bart doit rentrer cette semaine, espérons qu’il sera du même avis.

Serena : toutes ces œuvres sont à couper le souffle, ta conseillère a un goût très sur.

La décoratrice : merci.

Lily : tu es rentrée tard hier soir.

Serena : euh bah oui j’étais à la réception au musé d’art moderne avec Poppy mais bon on a été sages, on n’a bu que du jus de fruit toute la soirée.

Lily : encore heureux.

La décoratrice : Poppy Lifton, celle qui est dans tous les journaux ?

Lily : elles se sont rencontrées à un gala de charité il y a deux semaines et depuis elles sont devenues inséparables.

La décoratrice : oh.

Lily : alors pour la cheminée.

La décoratrice : oh oui, le Ryan McGinley.

Lily : je pensais à quelque chose d’autre, il y a un Mapplethorpe qui sera bientôt mis aux enchères.

Serena : attends, Mapplethorpe c’est l’artiste qui a fait plein de nus masculins, le photographe ?

Lily : oui enfin il a aussi photographié des femmes.

Serena : quoi ? Non maman sérieux toi ?

Lily : oui.

La décoratrice : vous avez posé pour Mapplethorpe ?

Lily : j’ai gardé le secret pendant longtemps mais je pense qu’Eric et toi êtes assez grands maintenant.

Serena : c’est quoi, c’est du genre flou artistique où on ne distingue même pas le nombril du…

Lily : en tout cas c’est de très bon gout tu verras.

Serena : tu viens de devenir la mère la plus cool et la plus tendance de Manhattan.

Lily : quel honneur.

Au lycée.

Chuck : ah la souveraine a siégé.

Blair : qu’est-ce que tu veux Chuck ?

Chuck : donner un coup de main, ton règne est menacé, tu ne peux pas faire la guerre à Serena sans allié, tu as besoin de moi.

Blair : personne ne fait la guerre à personne et maintenant que j’ai bouté Marcus hors d’Amérique ma vie va reprendre son cours normal. S a fait de l’intérim pour moi c’est tout.

Chuck : et comment tu comptes t’y prendre pour que tes suivantes retombent à tes pieds ? Tu vas les enfermer ?

Blair : un monarque habile accorde des faveurs, c’est la fashion week et je suis la seule à y avoir des entrées. Les filles, je compte sur vous demain soir pour faire honneur à mon nom.

Nelly : non j’hallucine des places au deuxième rang pour le défilé de ta mère.

Pénélope : mais c’est des places de star du ciné ça.

Une autre fille : oh Serena est en photo dans la rubrique mondaine à côté…

Isa : Poppy Lifton.

La fille : maintenant Serena peut mourir en se disant qu’elle a vécu sa vie à fond c’est la méga classe.

Serena : salut les filles.

La fille : oh elle est sympa Poppy ? Elle a l’air génial.

Serena : oh excellent je ne savais pas qu’on était là dedans. B, où tu vas ?

Blair : je te laisse avec tes fans.

Chuck : pourquoi te voir essuyer un échec aussi cuisant m’inspire tant de joie.

Blair : tu sais toi qu’est-ce que tu inspires à tout le monde ? Du mépris, ce n’est pas pour rien que tu es tout le temps tout seul.

Chuck : Nate rend une petite visite à ses grands-parents.

Blair : il reste ton ami par habitude et par pitié. La seule personne que je connaisse qui ait moins d’ami que toi c’est Dan Humphrey et encore lui il peut compter sur son ringard de père. Et ouais parce qu’Humphrey contrairement à toi c’est un être humain.

Dans le bureau de Chapireau.

Noel : je vais être franc Humphrey, ces nouvelles ne valent rien.

Dan : pardon ? Vous aviez dit que la première que je vous avais donnée.

Noel : elle était pas mal, avec ça vous me resservez la même chose.

Dan : ok.

Noel : vous m’avez envoyé 5 nouvelles, toutes les 5 parlent d’un garçon de la classe moyenne avec des relations amoureuses compliquées qui vit à Brooklyn avec son papa. Vous croyiez que les grosses têtes de la section littéraire de Yale vont tomber sur le cul en lisant ça ?

Dan : bah je croyais qu’un écrivain devait s’inspirer de ce qu’il connait et j’écris sur ce que je connais.

Noel : élargissez votre expérience, sortez du confort de votre univers, c’est une règle d’or de l’écriture, si votre travail devient routinier il faut vous mettre en danger.

Dan : je ne sais pas comment faire pour.

Noel : alors trouvez quelqu’un qui sait. Quand j’étais jeune j’ai rencontrez Mokovski à une soirée, il m’a posé un posé un verre sur le sommet du crâne et l’a explosé avec un pistolet. Trouvez votre Mokovski. Ensuite revenez me voir.

Dans l’atelier d’Eleanor.

Eleanor : quand j’ai dit longueur années 50, je pensais espiègle et léger à la Marilyn, tout sauf ce truc lourdingue de bigote.

Une fille : je suis désolée Eleanor.

Eleanor : Jenny arrange moi ça avant que je m’évanouisse.

Laurel : Eleanor, j’ai de sérieux doute sur la liste des invités, on n’a pas de vrai star.

Eleanor : mais si on a regardez.

Laurel : euh Kirsten Dunts, non beaucoup trop 2007, sa cure de désintox n’a même pas fait la une ça veut tout dire.

Eleanor : ma fille dit qu’on ne peut pas avoir les filles les plus tendances parce qu’il y a trop de défilés à la même heure que le notre.

Laurel : mais les filles attirent la presse, si on a personne…

Jenny : Eleanor, Serena s’est fait de nouvelles amies, peut-être que ça peut servir.

Eleanor : de nouvelles amies ?

Chez Lily.

Chuck : c’est comme la peste, la vermine sort des bas fonds pour contaminer la ville toute entière. Dégage Humphrey, ma sœur a horreur de se faire harceler.

Dan : ça va te paraitre bizarre mas c’est toi que je viens voir. Je sais qu’on ne peut pas s’encadrer, je sais que tu pense que je ne suis personne, un gueux de Brooklyn.

Chuck : tu n’existes pas pour moi.

Dan : non bien sur que non, mais moi je pense souvent à moi et j’en suis arrivé à la conclusion que je devais sortir du confort de mon univers et tenter de nouvelles expériences.

Chuck : tu es gay ?

Dan : bon ça c’est très loin de mon univers, mais non. Je voudrais sortir de Brooklyn pour une soirée, découvrir le monde de Chuck Bass.

Chuck : tu as de la chance je m’ennuie.

Dan : ça veut dire oui.

Chuck : suis moi avant que je regrette ma décision.

Chez Blair.

Blair : ne met jamais les pieds au lycée Dorota. Il n’y a que des idiotes gâtées sans la moindre reconnaissance, une malheureuse photo avec une mondaine et tout à coup ça y est y’en a plus que pour Serena.

Dorota : buvez votre thé c’est bon pour les nerfs.

Blair : sans moi elles n’auraient jamais l’occasion de voir un défilé, elles seraient bloquées à l’entrée avec les militants de la SPA. Je vais faire ça, je vais les laissez poireauter avec la SPA à l’entrée, ça leur apprendra ! Mais c’est quoi ce délire ? Qui a mis Serena et Poppy machin truc au premier rang ? Et toutes ces mondaines ! Le placement a été changé, le placement que maman m’avait confié, qui a fait ça ?

Dorota : madame dit que c’est mademoiselle Jenny qui l’a modifié.

Blair : Jenny Humphrey ? Depuis le temps je croyais qu’elle avait retenu la leçon. Il lui faut une piqure de rappel on dirait.

Gossip Girl : que serait la fashion week sans fashions victimes, la petite Jenny vient de lancer une nouvelle mode bien à elle, la cible de tir, à porter dans le dos de préférence.

Blair : maman ?

Eleanor : à c’est y est tu as vu nos petites modifications, c’est parfait non ?

Blair : euh ce n’est pas le mot que j’aurais employé.

Eleanor : c’est Jenny qui a eu la brillante idée d’inviter et de placer Serena, Poppy Lifton et toutes leurs amies au premier rang.

Blair : mais tous les créateurs veulent Poppy et sa bande, elle a je ne sais pas combien d’invitation et Serena voudra être en coulisse avec moi pas au premier rang, c’est notre rituel. Elles n’accepteront jamais de venir.

Eleanor : chérie je viens d’avoir Lily elles ont toutes dit oui. Toutes.

Blair : Serena aussi.

Eleanor : oui elle est ravie, c’est excellent toute la presse va survoler au défilé Waldorf.

Blair : tout ça grâce à la jeune Jenny Humphrey.

Eleanor : cette petite a du talent. Elle a fait un travail absolument remarquable à l’atelier cette semaine.

Blair : elle doit être épuisée entre ça et les cours.

Eleanor : Jenny ne va pas en cours. Elle suit un…

Blair : un stage professionnel ?

Eleanor : stage professionnel oui c’est ça, tout le trimestre.

Blair : un stage deux semaines après la rentrée. Je reviens j’ai oublié un bouquin au lycée.

Eleanor : amuse-toi bien chérie.

Blair : tu es vraiment incorrigible hein.

Jenny : quoi ?

Blair : tu as réussi à foutre en l’air mon placement je te félicite.

Jenny : c’est toi qui étais chargé de ça ? Blair si j’avais su.

Blair : c’est trop tard maintenant.

Dans un bar.

Le serveur : et voilà.

Dan : oh wow alors tu n’as qu’à faire signe au barman en rentrant et il t’apporte ça direct, c’est un signal spécial pour les shoots ou ça marche aussi avec les cocktails ? Il y a un code réservé aux jeunes débauchés de Manhattan ?

Chuck : ta gueule Humphrey.

Dan : euh non c’est bon je n’en veux qu’un.

Chuck : avec moi c’est tout ou rien. A toi de voir. Ou tu te lances ou tu rentres chez papa.

Dan : allé, je n’ai pas envi de rentrer.

Chuck : ça c’est juste pour faire passer.

Dan : c’est quoi ça ?

Chuck : qu’est-ce que ça peut faire ? Soit tu prends sans poser de question soit tu prends la porte.

Chez Lily.

Poppy : je suis ravie qu’on se rencontre enfin madame Bass.

Lily : moi aussi Poppy, je t’en prie appelle-moi Lily.

Serena : au fait maman Poppy m’a dit que tu avais contacté son assistante pour qu’on aille ensemble au défilé d’Eleanor ?

Poppy : Serena trouve que ce n’est pas une grande idée.

Lily : ah oui ?

Serena : B serait furieuse, c’est déjà tendu entre nous en ce moment et on regarde toujours le défilé ensemble en coulisse. Tu le sais très bien.

Lily : je sais que vous le faisiez quand vous aviez 12 ans mais c’est un honneur d’être assise au premier rang et c’est Eleanor en personne qui a demandé à ce que vous soyez placées là.

Poppy : c’est la seule façon de profiter d’un défilé.

Serena : tu ne connais pas Blair, elle m’en voudrait à mort elle me le pardonnerait jamais.

Poppy : je sais on va voir le défilé Waldorf et ensuite on emmène ton amie Blair à la soirée de clôture de la fashion week. J’ai pleins de pass.

Lily : oui c’est une excellente idée.

Serena : ah oui peut être que B sera d’accord, je vais lui demander.

Lily : oh excusez-moi il faut que je décroche c’est mon acheteuse. Oui Becks vous avez du nouveau ? La photo ne peut pas être vendue les enchères sont dans une semaine. Ok et bien vous trouvez l’acquéreur et vous faites meilleure offre au vendeur.

Au loft.  

Rufus : Blair qu’avons-nous fait pour mériter que tu viennes jusqu’à Brooklyn.

Blair : il parait que Jenny est malade alors je lui ais apporté une petite soupe.

Rufus : quelle délicate attention, mais je crois que tu t’es mal renseignée.

Blair : ah bon elle est déjà guérie ? Mais je croyais qu’elle en avait pour un mois, je suis tombée sur mademoiselle Keller qui m’a dit qu’elle n’était pas venue en cours depuis 10 jours à cause d’une mauvaise mononucléose. Apparemment sa mère à téléphoné pour prévenir le lycée.

Rufus : tu sais très bien que Jenny travaille avec ta mère ce soir et moi je sais que tu ne porte pas vraiment ma fille dans ton cœur.

Blair : quelques soient mes raisons monsieur Humphrey, les faits sont les faits et le fait est que Jenny ne va plus en cours depuis 2 semaines. Il se trouve que j’ai le numéro de mademoiselle Keller dans mon portable, vous n’avez qu’à lui demander.

Dans la limo de Chuck.

Dan : j’ai halluciné quand tu as abordé ces deux tapineuses. Qui aurait cru qu’il y avait un hôtel de passe derrière ce resto 3 étoiles ? Et tu m’as fait boire de ces trucs et tu connais combien de jumelles ?

Chuck : les jumelles viennent à moi.

Dan : oh je ne sais pas dans quel état je vais être demain mais je reconnais que c’était, c’était énorme. Il faudra refaire ça. J’ai chaud aux pieds, tu n’as pas chaud aux pieds toi ?

Chuck : pourquoi n’enlèverais-tu pas tes chaussures ?

Dan : ça fait du bien.

Chuck : Arthur, arrêtez vous.

Dan : on n’est pas à Brooklyn. Tu ne me déposes pas chez moi ?

Chuck : descend.

Dan : non attends pourquoi ?

Chuck : cette soirée c’était rien, une petite virée avec un jeune crétin, mon divertissement du jour.

Dan : tu peux me rendre mes chaussures ?

Gossip Girl : aperçu Dan Humphrey désemparé, en chaussettes et en galère. C’est tout.

A l’atelier d’Eleanor.

Jenny : qu’est-ce que tu fais là papa ?

Rufus : je te conseille de venir avec moi sans un mot de plus.

Jenny : non je suis désolée, Eleanor et Laurel vont bientôt revenir.

Rufus : ça m’est égal, à partir de maintenant ta fashion week est terminée.

Jenny : mais Eleanor compte sur moi pour finir cet ourlet je lui ais promis.

Rufus : ce n’est qu’un ourlet, moi je comptais sur toi pour aller en cours. Ce lycée me coute des dizaines de milliers de dollars par an je te rappelle. Alors oublie Eleanor, ça ne sera pas la première fois que tu laisses tomber quelqu’un.

Jenny : s’il te plait laisse-moi t’expliquer.

Rufus : je ne vois pas pourquoi je te croirais Jenny. Allez viens.

Jenny : d’accord.

Gossip Girl : il parait que dans le milieu de la mode on peut se retrouver au sommet en un éclair mais quoi de plus éphémère que la mode ? Un jour on est au top et le lendemain aux oubliettes.

Au loft.

Jenny : ça va c’est moins grave que ça en a l’air. Il y a une fille de ma classe qui m’a mailé tous mes devoirs et je n’ai même pas pris de retard dans mes lectures, je serais revenue après la fashion week et il n’y aurait pas eu de soucis.

Rufus : 15 jours d’absentéisme et de mensonge  moi j’appelle ça un énorme souci.

Jenny : papa je suis désolée d’avoir séché ces cours et d’avoir menti mais je voulais montrer à Eleanor que je pouvais assurer et j’ai réussi. C’est vraiment mon truc je suis douée.

Rufus : j’espère que tu es aussi douée pour te mettre à plat ventre, j’ai passé 20 minutes au téléphone ce matin avec mademoiselle Keller pour la convaincre de ne pas te renvoyer. J’ai fait mon boulot à toi de faire le tiens. Tu as rendez-vous cet après-midi dans son bureau, tu vas lui prouver que tu es quelqu’un de correcte et digne d’une seconde chance, va t’habiller.

Jenny : papa, on est samedi aujourd’hui.

Rufus : et bien estimes toi heureuse qu’elle ait accepté de te recevoir un jour de congé.

Chez Blair.

Blair : qu’est-ce que tu veux ?

Serena : j’ai essayé de te joindre toute la journée hier, pourquoi tu ne m’as pas rappelée ?

Blair : et pour qu’on se dise quoi ? Tu as monté ton fan club exclusif avec les filles du lycée et tu me laisse tomber pour aller au défilé avec Poppy Lifton que tu connais depuis 15 jours.

Serena : c’est vrai que les filles sont collées à mes basques mais je n’ai rien fait pour.

Blair : sérieux tu y es pour rien alors si elles ne m’adressent presque plus la parole ?

Serena : ah arrête, ces filles sont comme des abeilles, elles butinent de fleurs en fleurs, elles passeront à quelqu’un d’autre dans une semaine et après elles reviendront vers toi. C’est rien.

Blair : et que tu ais accepté de t’asseoir au premier rang au défilé de ma mère ça non plus c’est rien ?

Serena : c’est elle qui me l’a demandé qu’est-ce que j’y peux ?

Blair : oh, excuse-moi c’est vrai qu’entre laisser tomber ma mère et laisser tomber ta meilleure amie il n’y avait vraiment pas à hésiter.

Serena : ok je n’irais pas.

Blair : bah voilà.

Serena : Poppy n’ira pas non plus et ses amis non plus et tu n’auras qu’à expliquer à ta mère pourquoi il n’y a personne au premier rang ça te va comme ça ?

Blair : oh oui si ça peut m’épargner un nouvel épisode du show Van Der Woodsen.

Serena : j’étais passée te voir pour t’inviter à sortir avec nous après le défilé.

Blair : oh mais c’est tellement généreux de ta part, je suis émue aux larmes que tu envisages de m’inclure dans ta petite bande.

Serena : tu as gagné Blair c’est bon, je serais là ce soir, je vais m’asseoir au premier rang et je vais profiter à fond du moment.

Dans le bureau de Chapireau.

Noel : ah, un petit gars de Brooklyn voit une prostitué en cher et en os pour la première fois, il se fait piquer ses chaussures, il y a tellement de guimauve dans votre histoire que ça me donne la nausée.

Dan : mais j’ai fait ce que vous m’avez dit, je suis sorti avec quelqu’un que je déteste.

Noel : ah oui, votre Charlie Tort est intéressant, voilà un personnage riche, complexe. Si vous écriviez de son point de vu vous l’auriez votre histoire.

Dan : non, non il n’y a pas moyen que j’écrive de son point de vu je hais le vrai Charlie.

Noel : ce n’est pas à vous de juger le personne Humphrey, vous croyez que Truman Capot a écrit l’œuvre de sa vie de sang froid en portant un jugement sur les tueurs ?

Dan : et j’imagine que non.

Noel : creusez sous la surface. Rentrez dans la tête de Charlie Trot, trouvez l’humanité de votre personnage.

Dan : ça va être un peu compliqué.

Noel : nous avons tous un secret. Le meilleur outil d’un écrivain est sa capacité à découvrir le secret le plus noir de son sujet et à s’en servir.

Dan : d’accord alors je le rappelle, je fais en sorte qu’il me fasse confiance et je trouve son secret.

Noel : soyez sans pitié et rapportez mo une histoire bien musclée.

Chez Lily.

Lily : vous l’avez trouvé ?

Becks : oui.

Lily : bien et vous avez fait une meilleure offre au vendeur.

Becks : non je n’ai rien fait parce que vous connaissez très bien le nouveau propriétaire.

Lily : je vous demande pardon ?                                                     

Becks : c’est votre mari, monsieur Bass l’a acheté anonymement, j’ai du faire jouer mes relations pour avoir son nom.

Lily : mais je n’ai jamais parlé de cette photo à Bart, personne ne sais que j’ai posé pour Mapplethorpe.

Becks : ça m’étonnerait que ce soit une coïncidence, c’est un homme puissant, il a du prendre ses renseignements et l’acheter pour vous en faire cadeau.

Lily : je dois dire que ça me surprend un peu qu’il me connaisse si bien mais j’ai toujours rêvé d’avoir un mari aussi attentionné.

Au défilé.

Jenny : Tina vous êtes là c’est super. Excusez-moi.

Poppy : euh il y a un problème Serena ?

Serena : euh oui, oui il y en a un. Excusez-moi je crois qu’il y a une petite erreur, je m’appelle Serena Van Der Woodsen et il y a le nom de quelqu’un d’autre à ma place.

Une assistante : je vais vérifier.

Blair : non il n’y a pas d’erreur, mademoiselle Van Der Woodsen est au dernier rang.

Jenny : non elle est au premier rang avec Poppy Lifton.

Blair : qu’est-ce que tu fais ici ?

Jenny : mon boulot et pas grâce à toi.

Blair : tu n’as pas des chaussettes à repriser Cendrillon ?

Jenny : Blair, arrête ton cirque ce n’est vraiment pas le moment. Trouve le carton de Serena et mets-le sur le bon siège s’il te plait.

L’assistante : oui j’y vais.

Blair : le carton reste où il est et mademoiselle Van Der Woodsen aussi.

Eleanor : Jenny oh mais pourquoi tu n’es pas en coulisse ? Qu’est-ce qui se passe ?

Jenny : quelqu’un a changé le placement et a mis Serena derrière.

Serena : oui on se demande qui.

Eleanor : qu’est-ce qui t’as pris ça ne va pas ou quoi ? Je suis navrée Serena s’il vous plait arrangez ça tout de suite. C’est trop demander de m’épargner tes simagrées un jour dans l’année ? S’il te plait file en coulisse et essaie de ne gêner personne. Jenny, je suis tellement contente que tu sois là. Ah sans toi tout va de travers, où étais tu ?

Jenny : je viens d’arriver.

Dans un bar.

Bart : ouais.

Chuck : content de t’entendre aussi papa.

Bart : qu’est-ce qu’il y a Chuck.

Chuck : je me suis rappelé que tu rentrais ce soir et je me suis dit qu’on pourrait boire un verre.

Bart : pourquoi qu’est-ce que tu as encore fait ?

Chuck : est-ce si inimaginable pour toi qu’un fils ait envi de passer une soirée avec son père ?

Bart : je suis crevé, j’ai 9 heures d’avion dans les pates, il faut que je prenne cet appel.

Chuck : bien sûr peut être à plus tard. Bonne soirée toi aussi.

Dan : ton numéro d’hier soir, c’est tout ce que tu as dans le ventre ? Je m’attendais à mieux de la part de Chuck Bass.

Chuck : tu n’as encore rien vu.

Au défilé.

Jenny : euh ça ne t’embête pas de mettre ça au fond, c’est ma robe pour l’after.

L’assistante : pas de problème.

Jenny : merci.

Blair : ça va ? Je ne sais plus très bien qui fait quoi entre moi et Jenny et je ne veux plus qu’il y ait de malentendu alors d’après la liste de quoi elle est censée s’occuper ?

L’assistante : faire circuler les mannequins des coulisses au podium.

Blair : oui d’accord, merci beaucoup.

Gossip Girl : aperçue Blair Waldorf cherchant à accomplir une bonne action, il y a une première fois pour tout.

Au bar.

Dan : allé sans déconner vas y dit moi, comment ça fait d’être Chuck Bass ? Tu as eu une enfance heureuse ? Quand est-ce que tu as commencé à trainer dans les bars tout seul ?

Chuck : quand j’ai compris qu’il y avait pleins de femmes tristes et vulnérables qui trainent dans les bars toutes seules.

Dan : et ton père comment il est ?

Chuck : comme moi en plus vieux et plus vicieux. C’est sympa ton petit questionnaire mais je commence à m’ennuyer alors si tu veux bien m’excuser, je vais chercher une activité plus gratifiante. Salut.

Une fille : salut.

Chuck : je paie d’avance en cash, on y va ?

Une fille : excusez-moi ?

Chuck : autant pour moi.

Le copain de la fille : ça va ?

La fille : il m’a pris pour une hôtesse tu vois le genre.

Le gars : tu as pris ma copine pour une prostituée ?

Chuck : je me suis trompé désolé.

Le gars : pauvre con tu cherches la merde c’est ça ?

Dan : doucement, doucement du calme il s’est excusé ça va.

Le gars : tu te fous de moi ou quoi ? Je n’appelle pas ça des excuses.

Chuck : ça va ce n’est pas de ma faute si ta copine se fringue comme une poule de luxe.

Le gars : je vais te péter la tronche.

Au loft.

Rufus : Jenny ?

Le répondeur : message 1, bonsoir monsieur Humphrey c’est mademoiselle Keller j’ai vu Jenny cet après-midi, la situation a complètement dégénéré, rappelez moi dès que possible s’il vous plait. Au revoir. Fin des nouveaux messages.

Au défilé.

Jenny : il y a du monde hein.

Laurel : ils sont tous là, dis aux mannequins qu’on va y aller.

Jenny : ok.

Laurel : à toute.

Jenny : où sont les mannequins ?

Blair : quoi ? Quels mannequins ?

Jenny : les mannequins qui montent sur le podium pour le défilé de ta mère dans moins d’un quart d’heure.

Blair : ah, bien sûr les mannequins, elles se sont mis en tête qu’elles étaient en sureffectif alors elles sont parties.

Jenny : quoi ? Comment ça elles sont parties ?

Blair : ces filles ne sont pas vraiment des lumières hein.

Laurel : tout va bien ? On commence dans 10 minutes. Les mannequins sont prêts ?

Jenny : non les mannequins ne sont plus là !

Laurel : quoi ? Comment ça les mannequins ne sont plus là ? Elles ne peuvent pas avoir disparu où elles sont ? On va commencer. Jenny tu veux ma mort ?

Jenny : ça va aller Laurel ne t’inquiète pas.

Laurel : quoi ?

Jenny : j’ai une idée.

En prison.

Dan : en tôle, coup et blessure, ça tombe bien il parait que Yale cherche à recruter plus de petits délinquants cette année. Des délinquants, des dealers, des alcoolos, ils veulent promouvoir la diversité.

Chuck : si ça peut te consoler je trouve ça cool que tu ne m’ais pas lâché. Je n’aurais jamais cru dire ça mais merci.

Dan : ah, alors ça, ça change tout, la reconnaissance de Chuck Bass, l’université ça se vaut oui tu as raison. Oh non mon père va me tuer je suis mort.

Chuck : dis toi que tu as de la chance.

Dan : j’ai de la chance parce que mon propre père va vouloir m’étrangler ?

Chuck : le mien ne tient pas assez à moi pour se mettre en colère.

Dan : c’est ça oui bien sûr.

Chuck : s’il te plait, pour lui je suis à ma place ici. Ça va l’emmerder de devoir contacter son avocat mais à part ça.

Dan : c’est comme ça depuis longtemps ?

Chuck : depuis le jour de ma naissance.

Dan : non, ce n’est pas possible, même Bart Bass a du aimer son bébé, c’est dans notre ADN. Hollywood a fait faire des recherches.

Chuck : il me haïssait.

Dan : arrête il n’y a pas de raison.

Chuck : sauf que sa femme, sa raison de vivre est morte en me mettant au monde.

Dan : ce n’est pas ta faute.

Chuck : c’est à lui qu’il faut le dire. Il pense que c’est moi qui l’ais tuée. Au font il n’a peut être pas tord.

Un policier : Chuck Bass, votre avocat a appelé vous pouvez y aller.

Chuck : je vais l’appeler tout de suite voir s’il peut te faire libérer aussi ça passera peut être sans qu’il y ait besoin de contacter ton père.

Dan : merci.

Chez Lily.

Bart : Lily ? C’est moi, haha chérie tu m’as manquée.

Lily : toi aussi. Tellement que je vais te confisquer ton passeport et te séquestrer dans notre chambre.

Bart : je crois que je vais me rendre sans résistance. Mais avant j’ai un petit cadeau pour toi. Je pensais qu’il te plairait mais je peux le changer.

Lily : oh non, non, non Bart ce collier est d’un goût exquis. Non c’est que je croyais, tu n’aurais pas par le plus grand des hasards acheté une œuvre d’art ? Un Mapplethorpe peut être ?

Bart : si j’en ai acheté un.

Lily : tu l’as acheté oh, tu as acheté la photo c’est génial, comment tu l’as retrouvé et quand est-ce que je la verrais ?

Bart : tu ne la verras pas, personne ne la verra.

Lily : qu’est-ce que tu racontes ?

Bart : Lily, je suis un homme de pouvoir ce qui fait de moi et de mes proches une cible facile. J’essaie de protéger notre famille en éliminant ce qui pourrait être utilisé contre nous.

Lily : utilisé contre nous ? Tu peux m’expliquer comment tu as, comment tu as su pour cette photo ? Tu as engagé quelqu’un pour fouiller dans mon passé ? Tu as des archives sur moi, un dossier top secret ? Je veux le voir.

Bart : Lily.

Lily : je veux le voir. Je veux ce dossier.

Au défilé.

Eleanor : comment pouvez-vous avoir perdu les mannequins ?

Laurel : ça n’a plus d’importance. Je vous promets qu’on va faire sensation. Mannequins envolés, les jeunes mondaines sauvent le défilé. Vous allez tellement mobiliser la presse que nos concurrents vont tomber en dépression.

Eleanor : j’espère que non, quand un créateur déprime il finit en cure de désintox et ses ventes explosent.

Laurel : qu’est-ce que vous en dites ?

Eleanor : au moins la robe tombe bien. Quelle chance que toutes ces filles soient fines comme du papier de riz. J’espère que vous savez ce que vous faites.

Blair : oui moi aussi.

Poppy : Serena, pourquoi tu n’es pas habillée ?

Serena : euh je crois que je ne vais pas le faire, B serait super blessée si quelqu’un mérite de monter sur le podium d’Eleanor c’est bien elle.

Poppy : Serena, je te connais que depuis 2 semaines mais je pense que tu as tort, tu passes ton temps à t’inquiéter pour Blair, tu as peur de ce qu’elle va ressentir de ce qu’elle va penser.

Serena : tu ne comprends pas.

Poppy : j’étais super copine pendant des années avec une fille exactement comme elle. J’ai mis du temps à m’en rendre compte mais il fallait tout le temps que je compense son manque d’assurance en me retenant d’être trop pétillante, tu vois le genre et puis un jour j’ai compris que c’était n’importe quoi, une vraie amie ne t’empêche pas d’être la plus belle et de briller devant les autres c’est presque de la jalousie.

Serena : oui je sais c’est vrai mais je ne veux pas la faire souffrir.

Poppy : je sais bien mais c’est une raison pour te retenir d’exister ? Tu es sublime, adorable, lumineuse. Si Blair est une vraie copine, elle sera contente pour toi que tu défiles.

Serena : tu as raison.

Poppy : on y va ?

Serena : ouais.

Poppy : allé vient.

Serena : Eleanor où est ma robe ?

Blair : tiens, tiens tu vas être splendide la dedans c’est pour le final.

Serena : tu es sure que ça va ?

Blair : oui, oui dépêche-toi de l’enfiler.

Serena : bon d’accord.

Jenny : où est Serena ?

Blair : juste devant toi regarde.

Jenny : mais j’ai sa robe pour le final.

Blair : oh tu veux dire que Serena défile sur le podium d’Eleanor Waldorf dans une création qui n’est même pas d’Eleanor Waldorf ? Dieu du ciel.

Eleanor : vous avez toutes été parfaites. Mais ce n’est pas ma robe ça !

Jenny : non, non c’est la mienne. Pourquoi tu as fait ça Blair ? J’ai levé le drapeau blanc au lycée, pourquoi tu continues, tu ne peux pas rester sur ton petit trône et me foutre la paix ?

Blair : je n’ai plus de trône Jenny !

Jenny : le problème c’est Serena ? Je n’avais pas compris.

Blair : tu ne peux pas comprendre.

Jenny : tu es peut être une privilégier Blair mais tu es quand même obligé de travailler dur pour obtenir ce que tu veux comme moi, pour Serena c’est toujours du tout cuit.

Blair : je ne te le fais pas dire.

Jenny : si je voulais devenir ton amie ce n’était pas sans raison, je t’admirais et je voulais que tu m’aimes bien.

Au commissariat.

Un policier : tenez.

Chuck : attendez ce n’est pas le bon sac. Découvrir son secret, trouver comment il fonctionne.

Chez Lily.

Lily : tu as les lettres que j’avais écrites aux garçons avec qui je sortais à l’université.

Bart : tu veux dire aux profs avec qui tu couchais quand tu étais à la fac.

Lily : comment as-tu eu ces lettres ?

Bart : ça n’a aucune importance. Je t’aime Lily j’ai fait ça pour notre famille.

Lily : Bart, je n’ai pas honte de mon passé. J’ai mis de côté certaines choses pendant longtemps mais c’est fini, je veux que mes enfants sachent qui est leur mère.

Bart : et ça tu as vraiment envi qu’ils le sachent ?

Lily : qui t’as donné ça ?

En prison.

Chuck : t’écris un truc sur moi ?

Dan : comment tu as eu ça ?

Chuck : fais gaffe à toi, personne ne se sert de Chuck Bass, je te souhaite de bien t’amuser ici, j’espère qu’ils vont te prendre en sandwich. L’histoire que je t’ai racontée sur ma mère, j’ai menti. Ma mère est morte dans une catastrophe aérienne dans les Hand quand j’avais 6 ans.

Au défilé.

Eleanor : tu l’as fait exprès ? Tu as fait exprès de donner ta robe à Serena pour t’incruster dans mon défilé ?

Jenny : non j’ai rien fait je vous le jure.

Eleanor : quand je révèlerais à tout le monde ta pitoyable petite trahison, ton brillant avenir sera sérieusement compromis.

Laurel : Eleanor André Leon Talley a été complètement subjugué par la robe du final, il dit qu’elle incarne parfaitement l’essence de votre ligne, ils sont tous adorés.

Blair : ils ont adoré la robe ?

Jenny : ma robe ? Eleanor, je me suis inspirée de l’un de vos patrons de la saison dernière et j’ai ramassé des chutes de tissus à l’atelier, c’est pratiquement votre création, il n’y a pas de soucis si vous la revendiquiez.

Eleanor : je suis Eleanor Waldorf, je n’ai pas besoin de revendiquer la création d’une robe faite par une gamine de 15 ans.

Blair : maman, maman attend, Jenny a sauvé le défilé, les mondaines s’était son idée et regarde le malheur que ça a fait. Va saluer le public.

Jenny : s’il vous plait.

Blair : qu’est-ce que tu peux faire d’autre maman ?

Eleanor : bon tant pis.

Une assistante : il y a un type bizarre dehors, il veut absolument qu’on le laisse entrer, il dit que tu es sa fille. Je le mets sur la liste ?

Jenny : euh non, mon père est en voyage c’est surement une erreur.

L’assistante : ok.

A la sortie du commissariat.

Noel : quand j’ai entendu le téléphone sonner j’ai cru que s’était Olga l’infirmière débauchée ou Lucie l’hôtesse de l’air lubrique mais pas la police municipale.

Dan : euh ouais je suis vraiment désolé, je ne savais pas quoi faire d’autre.

Noel : je suis presque nostalgique, le poste à minuit ça me rappelle ma jeunesse, au fait le garçon que vous avez mis KO a retiré sa plainte en fin de comptes.

Dan : ah super c’est une bonne nouvelle.

Noel : je suis fier de vous Humphrey, vous vous êtes mis en danger.

Dan : ouais.

Noel : et vous avez déterré le secret de Charlie Tort au passage ?

Dan : euh ouais, ouais il croit qu’il a tué sa mère.

Noel : bingo, ça y est vous la tenez votre histoire.

Dan : euh non je ne pense pas que je vais écrire là dessus.

Noel : pourquoi pas ?

Dan : s’il faut exploiter le malheur des autres pour devenir un bon écrivain peut être que je n’en suis pas un. Je préfère être intègre plutôt que de me servir des gens.

Noel : Harris a eu raison de vous lâcher, il avait vu juste, vous resterez toujours un scribouillard.

Dan : c’est possible, c’est possible mais j’ai une idée pour ma prochaine nouvelle, ça parlera d’un écrivain égocentrique sur le retour qui manipule son protégé, une histoire classique, illusion perdue.

Noel : je vous souhaite bonne chance, je l’achèterais à sa sortie dans les kiosks de gare, ça me fera un serre livre parfait pour mes Politzer.

Au défilé.

Eleanor : je voudrais remercier tout le monde pour avoir fait de ce défilé une spectaculaire réussite. Mais plus que tout je tiens à remercier Jenny Humphrey la talentueuse et brillante Jenny Humphrey sans ses traits de géni et son acharnement au travail il n’y aurait tout simplement pas eu de défilé. Alors à Jenny.

Blair : à Jenny.

Tout le monde : à Jenny.

Jenny : merci.

Blair : on peut parler Serena ?

Serena : parler de quoi ? De tes efforts pour me ridiculiser en public ?

Blair : tu sais pour la robe.

Serena : Laurel m’a raconté, elle dit qu’il y a eu une erreur, elle te connait mal visiblement.

Blair : je suis vraiment désolée. J’étais blessée d’accord. Tu as abandonné une de nos plus vieilles traditions.

Serena : bah ouais, il va falloir t’en remettre.

Blair : pardon ?

Serena : toute ma vie je me suis pliée en quatre pour te rassurer et ne pas te voler la vedette. J’en ai marre, si tu n’as pas confiance en toi j’y peux rien.

Blair : ça ne va pas ou quoi c’est le défilé qui t’ait monté à la tête ?

Serena : non mais je suis fatiguée de toujours me surveiller pour qu’on ne voit pas que je suis plus rayonnante que toi.

Blair : non mais tu t’entends ? Est-ce que tu entends les mots qui sortent de ta bouche depuis 30secondes ?

Serena : c’est la vérité et maintenant je vais être moi-même. Si tu m‘acceptes comme je suis et que tu ne te sens pas menacé ou en compétition tant mieux sinon.

A la sortie du défilé.

Rufus : à compter de ce soir ton quotidien c’est pain sec, eau plate et lycée.

Jenny : tu ne peux pas me faire démissionner de chez Eleanor.

Rufus : tu crois ça ?

Jenny : tu as choisi de te consacrer à la musique quand tu étais jeune, tu n’as pas continué tes études et pendant un temps tu as eu ce que tu voulais.

Rufus : je ne veux pas que mes enfants fassent la même erreur.

Jenny : si ta carrière avait décollé tu ne considèrerais pas ça comme une erreur. Et peut être que moi j’ai…

Rufus : plus de talent que moi ? Crois-moi j’espère que oui et je te souhaite bien évidemment de réussir quelque soit la voie que tu auras choisi après avoir fini l’école.

Jenny : et si ce n’est pas la route que je veux suivre ?

Rufus : c’est ce que tu as dit à mademoiselle Keller ? Que tu te fiches des semaines que tu as manquées ?

Jenny : non je lui ais dit que je ne reviendrais pas.

Gossip Girl : s’il y a une chose que j’ai apprise c’est qu’il n’y a pas de rumeur sans secret. On peut avoir le courage de révéler le sien mais au risque que quelqu’un l’utilise, le secret d’un autre peut nous affecter autrement qu’on l’aurait cru. Il y en a certains qu’on est particulièrement heureux de ne pas voir révélé, d’autres qui ne refont surface que pour être enfouis à nouveau encore plus profondément. Mais les secrets les plus terribles sont ceux que l’on pensait devoir taire à jamais et qui une fois dévoilés changent tout. Console-toi B, les étoiles les plus brillantes sont les plus éphémères enfin il parait, en attendant que l’unes d’entre elles s’éteignent, bisous bisous Gossip Girl.

Kikavu ?

Au total, 119 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Audreyann 
03.02.2020 vers 18h

melanie91 
09.12.2019 vers 18h

noemie3 
01.06.2019 vers 23h

Vanou0517 
20.05.2019 vers 14h

Blair16 
02.05.2019 vers 19h

laurora34 
22.11.2018 vers 14h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente
Actualités
Leighton Meester enceinte

Leighton Meester enceinte
Leighton Meester est enceinte de son deuxième enfant. En effet, le couple qu'elle forme avec Adam...

Sondage - En plein confinement

Sondage - En plein confinement
Hé oui, dans l'Upper East Side aussi il y a eu ordre de rester confiné, dans la mesure du...

Calendrier d'avril

Calendrier d'avril
Un magnifique calendrier sur Blake Lively nous as été généreusement livré par azerty29. Un grand...

La générosité de Blake Lively

La générosité de Blake Lively
Pour aider les plus démunis à faire face au coronavirus, Blake Lively et son mari Ryan Reynolds,...

Gossip Girl 2.0 : de nouveaux noms

Gossip Girl 2.0 : de nouveaux noms
Le casting de Gossip Girl 2.0 se peaufine et quatre nouveaux noms d'acteurs sont dévoilés. La...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

Luna25, Aujourd'hui à 00:09

2 personnages coutumiers de la survie en milieu hostile s'opposent dans le duel du quartier Reign

mnoandco, Aujourd'hui à 08:03

Hello, vous regardez Blacklist? Les HypnoAwards de la saison 6 ont débuté et vous avez encore la possibilité de voter à toutes les catégories...

mnoandco, Aujourd'hui à 08:04

Merci

Emilie1905, Aujourd'hui à 11:04

La semaine 3 de l'animation sur Wynonna Earp est lancée

chrismaz66, Aujourd'hui à 12:33

Hey, nouveau sondage de circonstance chez Dr House, votez! Et bon dimanche à tous ^^

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site

Retrouvez la chaine Hypnoweb.net
sur Blasting News