VOTE | 407 fans

#206 : Petites trahisons entre amis

Réalisé par: Norman Buckley
Ecrit par: Joshua Safran

Après une dispute avec Blair, Serena décide de se venger. Sachant que le rêve de Blair a toujours était de rentrer à Yale, Serena décide de mettre de côté son séjour à Brown et de répondre à l'invitation personnelle du proviseur de Yale.
Lorsqu'il découvre que ses lettres de recommandations n'ont pas été envoyées à l'université, Dan tente le tout pour le tout afin de s'en faire écrire durant le week-end.
De leur côté, Chuck se fait kidnapper par des membres de la société secrête de Yale "Skull ans Bones" et Nate sort avec l'une des étudiantes.

¤ Accès aux captures ¤

Popularité


3 - 3 votes

Titre VO
New Haven Can Wait

Titre VF
Petites trahisons entre amis

Première diffusion
13.10.2008

Première diffusion en France
24.04.2010

Vidéos

Promo

Promo

  

Extrait : Bagarre Serena/Blair

Extrait : Bagarre Serena/Blair

  

Extrait : Le rêve de Blair

Extrait : Le rêve de Blair

  

Extrait : Les 2 dernières minutes

Extrait : Les 2 dernières minutes

  

Photos promo

Serena et Blair devant le doyen

Serena et Blair devant le doyen

Chuck très sûr de lui

Chuck très sûr de lui

Chuck attend qu'une fraternité vienne le voir

Chuck attend qu'une fraternité vienne le voir

Serena et Blair s'engueulent

Serena et Blair s'engueulent

Blair, très décidée à obtenir sa place dans l'université de ses rêves

Blair, très décidée à obtenir sa place dans l'université de ses rêves

Serena

Serena

Serena et Blair se réconcilient

Serena et Blair se réconcilient

Blair, habillée pour impressionner le doyen

Blair, habillée pour impressionner le doyen

Plus de détails

C&D : Nouveau pacte

Après la prise de bec de l'épisode passé lors de la fashion week, les choses se gâtent sérieusement. Direction la prestigieuse université de Yale pour nos héros afin de présenter son dossier et de tenter de décrocher une place au sein de cet établissement réputé car si tout se passe bien, l'action de l'an prochain devrait se dérouler non plus à St Jude mais à Yale... et lorsque l'on voit l'avant-goût proposé par cet épisode, on ne peut que se frotter les mains. Commençons par notre charmant petit groupe resté à New-York à savoir Jenny, Rufus, Vanessa et Lily. Si dans cet épisode Vanessa ne fait pas grand chose de très passionnant à part prêter main forte à sa grande copine Jenny, la famille Humphrey est au centre d'un psychodrame familial. Rufus, très inquiet pour sa fille qui a décidé de quitter l'école pour se consacrer entièrement à sa carrière de couturière designer, décide de rendre visite à sa fille sur son lieu de travail afin de se laisser une journée pour qu'il se fasse une idée. Très surpris par les talents de sa fille, Rufus reste admiratif mais demande à Eleanor Waldord de virer sa fille afin qu'elle se retrouve obligée de revenir à ses études. Cette dernière refuse et lui dit d'ouvrir les yeux sur la chance qu'à Jenny mais peu importe pour Rufus : Jenny doit finir ses études avant quoi que ce soit. Jenny se laisse convaincre et décide de rendre son tablier. Adieu la carrière de créatrice de mode, et rebonjour l'école !

En rentrant pour rendre quelques affaires, Jenny, emmène Rufus dans la galerie de couture Prada de sa collègue... et y découvre Lily vêtue d'une magnifique robe ! Le papa Humphrey apprend alors que c'est Jenny qui a confectionné ce modèle ! On peut alors sentir de la joie pour Rufus surtout qu'en plus de cela, l'attirance mutuelle entre les deux adultes semble de plus en plus évidente. Finalement, Vanessa convainc Rufus de laisser Jenny travailler dans l'univers de son rêve et ce dernier accepte. Résultat, il lui offre la possibilité de s'incrire pour des cours par correspondance. Halleluja ! Pour les choses sérieuses, elles s'y déroulent à Yale et attention les yeux. Serena, Blair, Nate, Dan et Chuck se rendent à l'université de prestige afin de tenter d'y décrocher une future place ! Dan, Nate et Chuck arrivent donc à Yale de leur côté tandis que les deux jeunes femmes s'y rendent donc de leur côté et le moins que l'on puisse dire c'est qu'aucun d'entre eux ne risque d'oublier cette journée. Commençons par ces messieurs. Dan obtient un rendez-vous pour sa carrière litérraire au sein de Yale mais le recteur d'académie lui conseille d'obtenir une autre lettre sponsor que celle qu'il a actuellement afin d'augmenter son crédit auprès des dirigeants. Dan est alors envoyé vers une jeune femme nommée Jordan qui devrait pouvoir l'aider... 

Parallèlement Nate et Chuck tuent le temps sans trop savoir quoi faire puisque quasi certains d'être acceptés vu la situation familiale de chacun. Nate croise alors le regard d'une jeune fille très demandeuse et la suit tandis que Chuck vagabonde en attendant de se faire rejoindre par la fraternité secrète de Yale pour se faire un nom. Nate copine avec la jeune fille et entend alors derrière lui qu'un dénommé Nate Archibald de St Jude est recherché sur le campus par de nombreux étudiants avides de vengeance pour leur honneur familial... C'est alors qu'il annonce bien fort à la jeune fille lui demandant son nom, qu'il se prénomme Dan... Humphrey !

C'est alors que notre cher Bass se fait kidnapper et parachuter dans un sous sol : celui de la confrèrerie. L'historique familiale de Bass est alors énumérée tandis que celui-ci se demande comment rentrer dans le cercle de la bande. La confrèrerie lui demande alors de leur montrer de quoi il est capable.  Forcément toujours dans les sales coups, Chuck leur apporte alors une flopée de jeunes femmes ultra sexy en lingerie venues leur faire passer un savoureux moment. Chacun des étudiants apprécie jusqu'à ce que le chef de bande lui demande autre chose. Ce qu'ils désirent tous vraiment : Nate Archibald ! En effet, tous veulent se venger du "Capitaine", ancien de la confrèrerie et surtout inculpé de détournements de fonds ayant porté préjudice aux pères de la plupart du "cercle".  Chuck doit alors choisir entre l'amitié et sa place de "renommée"... du moins en partie car croire que Bass va se faire dominer par une bande d'inconnus serait bien mal le connaître !

Au même moment, Nate flirte dans la chambre de sa jeune conquête et alors qu'ils se préparent à passer à l'acte, on frappe à la porte. C'est Dan ! Ce dernier recherche Jordan qui n'est autre que la conquête de Nate. Commence alors un chassé-croisé désopilant où Nate tente en arrière plan de faire comprendre à son acolyte qu'il doit surtout ne rien dire ! Dan explique alors clairement la stuation : c'est bien lui Humphrey et Nate est bien Nate. Jordan tombe alors de haut mais s'en amuse et nous aussi. En sortant du bâtiment des dortoirs, Nate et Dan se prennent la tête au sujet de cet incident.

Nate reproche à Humphrey d'avoir cassé son coup alors que Dan essaie tant bien que mal de lui expliquer que c'est sa carrière qui est en jeu et qu'il n'a pas de "nom" sur lequel se reposer contrairement à lui ou Chuck... ce que comprend finalement Nate. Une amitié naît alors entre les deux jeunes hommes même si au cours de la dispute nous pouvons sentir que Nate éprouve toujours une rancoeur / jalousie / attirance envers Serena. Finalement Chuck conduit la fraternité sur une fausse piste et désigne Dan comme étant Nate, évitant à son ami des ennuis tout en punissant Dan pour le coup de l'épisode passé. Un grand exercice de machination de la part de notre Bass national ! Dan se retrouve alors attaché en caleçon, avec un noeud marin aux poignets, à un gros pilone en pleine cour principale de Yale ! Nate, avertit, file en aide à Dan... bientôt rejoint par Jordan qui les aide. 

En quittant le lendemain matin l'université de Yale, Chuck humilie la confrèrerie secrète qu'il convoitait et impose sa signature, en expliquant aux membres qu'il les a en effet bien berné en désignant le mauvais Nate mais qu'il ne reviendra pas pour le deuxième semestre de "test" car il a des preuves compromettant chacun des types de la bande. Les femmes qu'il leur a apporté, étaient toutes payées par Bass et munies d'appareils photos. chacun a donc un dossier très difficile à soutenir devant une comission de discipline.  Chuck en parle à Nate qui ne tolère pas cette machination de la part de son ami. Pour finir, Nate repart finalement avec Dan en bus, sous le regard inquiet et dégoûté de Chuck dont la réponse ne devrait pas se faire attendre...


Côté femmes c'est très simple comme machiavélique. Blair ne tolère pas la concurrence que lui fait Serena. Sorte de caprices d'enfant gâtée, le comportement de Blair agace fortement la belle blonde. C'est alors que pour être acceptées, les deux femmes se font la guerre : coups bas, pièges tendus, perversité... tous les coups semblent permis et à ce petit jeu là, Blair s'en sort finalement le mieux en repoussant les limites de l'acceptable.  Humiliée, Serena en vient aux mains avec Blair avant de se rabibocher consciente d'avoir fait n'importe quoi. Blair reproche à Serena d'empiéter sur sa vie, ses plates bandes et son espace de domination. les deux "queens" se tirent la moue...


Au bout du compte, Serena est choisie par le recteur d'académie malgré les humiliations finales provoquées par Blair (le dossier sur l'homme mort lors de la soirée avec Georgina ressort) et Blair devra attendre le deuxième semestre pour tenter de s'imposer. Les deux jeunes femmes enterrent donc la hache de guerre mais... en surface !

En effet, tout ce joli petit happy ending laisse surtout présager une situation perverse car lorsque l'on sait de quoi sont capables les deux femmes ainsi que le Chucky, tout peut être envisageable pour la suite.  L'épisode se termine sur Chuck rentrant en limousine tout en complotant dans sa tête tandis que les deux "Queens" rentrent à New-York ensemble tout  en laissant planer un sentiment de jalousie...

Un homme : dans les pleines d’Espagne les gens se plaignent de la pluie. Répétez.

Blair : dans les plaaaaine d’Espaaaagne les gens se plaaaagnent de la pli. J’ai les meilleures notes de la classe je vous promets. Dans les pleines d’Espaaagne.

Serena : dans les pleines d’Espagne, les gens se plaignent de la pluie.

L’homme : merci je crois bien que cette fois on le tient.

Blair : j’ai réussi ?

L’homme : pas vous, cette sublime créature.

Gossip Girl : debout, debout les lèves tôt ici Gossip Girl, on fait tous des rêves, des beaux de mauvais des drôles et des freudiens.

Dorota : bonjour mademoiselle Blair.

Gossip Girl : mais certains sont les rêves de toute une vie.

Blair : Dorota imagine que dans tout juste 3 petites heures j’aurais franchi les portes de Yale.

Dorota : vous avez dormi tellement souvent avec le sweat de votre père qu’il a fini par tomber en lambeaux.

Blair : j’en rachèterais un neuf, une fois que je serais allée à la réception du doyen bien sûr. La plupart des candidats croient que c’est une légende mais mon père y a été invité.

Dorota : votre mère est partie à l’atelier mais elle a laissé des consignes concernant votre petit déjeuné, du thé blanc mademoiselle Blair ?

Blair : et comment le doyen choisit ses invités après l’entretien d’admission, c’est dans la poche. S’il y a bien un truc où j’assure c’est pour les entretiens, je pourrais faire pleurer Larry King.

Dorota : si vous saviez comme je suis fière de vous.

Blair : je suis tellement impatiente d’être entourée de gens un peu plus comme moi et un peu moins comme elle. C’est une blague.

Chez Lily.

Lily : tu es prête ?

Serena : ah oui j’ai fait mon sac. Alors contente que ta fille marche sur tes pas ?

Lily : dois-je comprendre que tu as décliné l’invitation personne de Yale ?

Serena : je rêve de rentrer à Brown depuis toujours, comme toi.

Lily : et j’ai adoré cette fac mais si Yale m’avait fait l’honneur de m’invité j’aurais accepté, tu n’as peut être pas remarqué mais l’invitation est écrite à la main en écriture cursive.

Serena : à Yale il n’y a que des intellos mégalos et BCBG c’est un ramassis de toutes les Blair du monde et même si on n’est pas en très bons termes en ce moment il est hors de question que j’aille mettre les pieds sur ce terrain miné.

Chez Blair.

Dorota : alors vous ne vous parlez toujours pas avec mademoiselle Serena ?

Blair : on ne s’est pas dit un mot de la semaine et pourtant je la vois partout. Depuis le défilé de ma mère, Manhattan est devenu Serena ville.

Dorota : j’ai entendu dire qu’un créateur sort un sac à main qui porte son nom.

Blair : franchement je ne comprends pas pourquoi ils bavent tous d’admiration, heureusement il y a une justice, Yale est hors de sa portée.

Chez Lily.

Lily : c’est bon Serena pas la peine de cacher cette photo je l’ai déjà vu.

Serena : désolée qu’ils t’aient transformée en mon amie mystérieuse.

Lily : c’est toujours mieux que s’ils avaient dit que j’étais ta mère.

Serena : c’est quoi ça ?

Lily : ma robe pour le diner d’automne au club, Eleanor vient de me la faire livrer mais c’est bizarre il y en a deux. Celle-ci est plus osée que ce à quoi je m’attendais mais elle me plait beaucoup.

Serena : d’après l’étiquette la noire est pour moi.

Lily : et celle là est pour moi.

Serena : je trouve la couleur très jolie.

Au loft.

Dan : qu’est-ce que tu penses de la couleur ?

Rufus : celle du papier ? Il est blanc.

Dan : non il n’est pas blanc il est écru clair, ça c’est blanc en tout cas j’aime bien l’écru mais je ne suis pas sur de la police.

Rufus : mais t’inquiète ça va aller, tu es le candidat parfait pour Yale.

Dan : je ne peux pas m’empêcher de penser que c’est une fac pour les présidents, pas pour les Humphrey.

Rufus : sachant que c’est moi qui t’ai maudis en te mettant au monde.

Dan : oh non je n’ai pas dit ça, ça aurait été cruel.

Rufus : je me sens obligé de faire un discours, Daniel, fiston ton bulletin est pour ainsi dire parfait, tu as assuré aux examens d’entrées et ton talent n’a pas de prix.

Dan : je sais mais.

Rufus : quoi comment ça mais ?

Dan : et si ce n’était pas suffisant ?

Rufus : si ce n’est pas suffisant c’est qu’il y a un problème avec Yale, pas avec toi.

Dan : merci papa. Bon et bien quand faut y aller, après tout je vais seulement affronter la meilleure université du pays et une bonne centaine de candidats qui sont super doués et qui tueraient pour y entrer.

Dans la suite de Chuck.

Chuck : réjouis-toi Archibald, dans 3 heures à nous les étudiantes sexys en féminisme qui crèvent d’envi de laisser jaillir leur colère envers les mecs dans leurs lits superposés.

Nate : moi je veux rentrer à l’USC mais ma mère n’arrête pas de me prendre la tête avec Yale.

Chuck : si elle te poussa à y aller c’est parce que sa famille en est pratiquement proprio, vois les choses comme ça. Yale c’est ta roue de secours.

Nate : ouais mais ça serait de partir prendre l’air, de m’éloigner de tout ce scandale, d’aller là où on ne connaitra ni le capitaine ni moi.

Chuck : tu vas oublier cette stupide visite formelle, te concentrer sur l’essentiel et te concocter un rite de passage aux petits oignons.

Nate : toi non plus tu n’as pas vraiment l’intention de rentrer à Yale.

Chuck : tu sais j’évalue les facs selon la qualité de leur société secrète. Yale possède la crème de la crème, le squelette bones. Mon objectif est de pénétrer le sain des sains.

Nate : et tu as déjà une idée de comment tu vas t’y prendre ?

Chuck : il suffit que je m’y montre.

Au lycée.

Un homme : ce week-end clôture vos déplacements dans les universités, celles que vous vous apprêtez à visiter Harvard, Yale et Brown comptent parmi les plus prestigieuses du monde vous êtes les ambassadeurs de Constance Billard et de Saint Jude de même que vous représentez vos familles, nous ne sauront que vous conseiller vivement de vous vous présentez sous vos meilleurs jours. Bonne chance.

Chuck : je me demande quelle fac aura la chance d’être au centre de la nouvelle poésie niveau maternelle pondue par l’écrivain le plus nase de tout Brooklyn.

Dan : en fait je suis sur que le doyen de Yale appréciera ma manière de dépeindre les personnes brisés.

Chuck : alors on va passer tout le week-end ensemble, quel bonheur. Tu seras gentil de saluer de ma part les personnes des transports en commun.

Serena : salut, alors tu vas à Yale ?

Blair : tes capacités de déduction seront parfaites pour un endroit comme Brown.

Serena : un endroit comme Brown ?

Blair : tu sais cette enclave de gosses de riches pseudos rebelles et des rejetons de célébrités qui optent pour des études de percussion de sémiotiques, quoi que cela puisse être j’ai tellement hâte de te voir rentrer au prochain Thanksgiving végétarienne militante fière et anémique.

Serena : Brown fait parti des meilleures écoles.

Blair : c’est bien connu les vraies grandes facs sont celles de la saint trinité, Harvard, Yale et Princeton.

Serena : peut être que tu trouveras ça difficile à croire mais tout le monde ne veut pas entrer à Yale parce que tout le monde ne veut pas être Blair Waldorf.

Blair : ce qui n’est pas à la portée de tout le monde. Etant donné qu’on n’est plus amies toi et moi, je vais te parler franchement, tu n’es pas très brillante, tu manques de concentration et de disciplines, alors être belle c’est bien gentil mais dans la vie c’est savoir qui rime avec pouvoir. Tu aurais beau donner tout ce que tu as, tu ne passerais même pas la première étape de sélection, amuse-toi bien à providence. Oh et tu sais quoi ? Peut-être que tu pourras en profiter pour te faire des dreadlocks.

Gossip Girl : Gossip girl n’est pas vraiment une fana de la guerre mais je m’y connais bien sur la révolution américaine, la dernière fois que New Even a subi une invasion c’était en 1779.

Serena : maman, changement de programme dis au chauffeur qu’on va à Yale.

Gossip Girl : gare à toi B, un boulet de canon fonce droit sur toi.

Au loft.

Rufus : après une douche pareille il n’y a plus une goutte d’eau chaude dans tout le bâtiment.

Jenny : je n’ai pas fait que prendre ma douche. J’attendais quelque chose si tu veux tout savoir.

Vanessa : j’ai fait aussi vite que j’ai pu.

Jenny : ouais je sais je t’ai vu remonter la rue en courant.

Rufus : qu’est-ce qui se passe ici ?

Jenny : tu sais que Vanessa va à la fac de New-York à la rentrée.

Rufus : ce que toi tu ne pourras pas faire si tu lâche l’école.

Jenny : Vanessa prend des cours par correspondance.

Rufus : parce qu’elle doit travailler pour subvenir à ses besoins, aucun parent ne souhaiterait voir son enfant mener une vie d’adulte avant l’âge.

Jenny : et tu fais quoi de ce que je veux vraiment ?

Rufus : jusqu’à tes 18 ans ça sera court-circuité par ce que je veux moi.

Vanessa : plan B.

Jenny : accompagne-moi à l’atelier aujourd’hui.

Rufus : que je t’accompagne ?

Jenny : je te propose un marché, passe ta journée avec moi et si à la fin tu penses honnêtement que je devrais retourner à l’école, je le ferais.

Rufus : Jenny j’ai vu toutes tes créations, j’ai suivi ton stage de près pendant tout l’été. Ça apporterait quoi de plus ?

Jenny : ce n’est plus pareil aujourd’hui.

Rufus : au moins ça nous fera avancer dans un sens ou dans l’autre. Affaire conclue.

Jenny : c’est sérieux ?

Rufus : tu as ma parole.

Jenny : merci.

A Yale.

Gossip Girl : il parait que rien ne vaut Yale au mois d’octobre, son air vivifiant, ses feuilles qui jaunissent, son invasion de premières années potentielles, tu devrais de dépêcher garçon solitaire ton avenir t’attend.

Dan : pour résumer j’ai vraiment l’impression d’avoir quelque chose à dire.

Le doyen : bon et bien dites-le.

Dan : je pense le faire à travers l’écriture au sein de votre célèbre département de littérature, Yale serait pour moi l’endroit idéal pour grandir, grandir en tant qu’écrivain bien sûr où m’épanouir et où murir.

Le doyen : bien je vous félicite vous avez du vocabulaire, il y a seulement un problème avec votre dossier d’admission.

Dan : euh non, non c’est impossible, j’ai vérifié 3 fois avant de venir.

Le doyen : apparemment vous n’avez qu’une lettre de recommandation de la main de JR Hol, quant à Noel Chapireau il a refusé de vous apportez son soutien.

Dan : nous avons eu des désaccords d’ordre artistiques mais si vous regardez plus loin sur mon CV vous verrez que j’ai fait un stage cet été avec Jeremia Harris.

Le doyen : chose que monsieur Harris n’a pourtant pas été en mesure de me confirmer.

Dan : oh euh vous avez essayé de le joindre tôt le matin ? Parce qu’il n’est pas ce que l’on peut appeler du matin, noté qu’il n’est pas non plus de l’après-midi si vous essayez…

Le doyen : monsieur Humphrey, si vous souhaitez que votre candidature se détache du lot, il va vous falloir une autre lettre relative à votre travail.

Dan : une autre lettre d’accord mais de qui ?

Le doyen : vous êtes à Yale, nous avons la chance d’avoir une multitude de bâtiment regorgeant de professeurs, je vous suggère par conséquent de mettre vos meilleures chaussures et d’aller au département de littérature voir si quelqu’un peut lire vos travaux.

Nate : je pensais qu’il y aurait de l’action. Tu en as fait quoi de ton super plan pour trouver les squelettes bones ?

Chuck : ce n’est pas toi qui les trouve ce sont eux.

Nate : intéressant, du coup on poireaute. En attendant il y a un match de foot à 1h ou alors une visite de la galerie d’art à 3h pile wow. Essaie de ne pas mourir desséché. Attend excuse-moi, je peux te poser une question ?

La secrétaire : mon dieu ça fait des années que le doyen n’a pas rit comme ça.

Le doyen : ce fut un plaisir de vous rencontrer mademoiselle Van Der Woodsen, une délicieuse surprise.

Serena : oh oui qui donc n’aime pas les surprises ?

Le doyen : j’espère que vous apprécierez la suite de votre visite.

Serena : je vous remercie monsieur le doyen. Je te l’ai mis en condition.

Le doyen : bien, on y va mademoiselle Waldorf.

Blair : je n’ai jamais été aussi prête.

Jordan : quelque soit ta matière principale, tu la combines ensuite avec des options celles de Yale sont…

Nate : ah oui vraiment ? Et il y en a une que tu préfères ?

Jordan : en fait ça se joue entre 2, étude du sexe dans l’art et les grands canulars en archéologie.

Nate : sérieusement c’est des vrais cours ça ?

Jordan : tu ne m’as pas dit d’où tu viens.

Nate : lycée Saint Jude, c’est à New-York.

Un gars : saint Jude tu dis alors tu dois connaitre Nate Archibald, il parait qu’il est là ce week-end.

Jordan : ce nom me parait familier.

Le gars : c’est le fils d’Howard Archibald, le capitaine, on a parlé de lui en éco c’est un escroc à la Milcain.

Nate : au fait dis-moi Jordan, toi qui connais le campus tu me fais faire un tour.

Jordan : d’accord mais avant que j’aille où que ce soit avec un inconnu je pense que tu devrais me dire comment tu t’appelles.

Nate : comment je m’appelle oui bien sûr, Dan, Dan Humphrey.

Jordan : c’est noté.

Un gars : Chuck Bass héritier de Bass Industrie, champion du légendaire week-end de perdition, on dit que tu as couché avec plus de mannequins que John Mayer.

Chuck : parce que je suis un meilleur coup.

Un gars : si nos sources sont exactes tu es notre poulain désigné pour l’année prochaine, mais tu vois nous on ne s’arrête pas aux rumeurs, on veut savoir ce que tu as vraiment dans le ventre.

Chuck : et bien je m’y étais préparé. Que diriez-vous d’une petite fête privée pour briser la glace ?

Un gars : et tu proposes quoi ?

Le doyen : je dois admettre que votre candidature est des plus impressionnante mademoiselle Waldorf, cependant j’aimerais en savoir un peu plus sur vous, dites moi quelque chose à votre sujet qui ne figure pas dans votre dossier.

Blair : euh, c'est-à-dire ?

Le doyen : aimez-vous conduire des voitures de courses ? Maîtrisez-vous la cuisine traditionnelle du Sichuan ? La jeune femme devant vous m’a raconté une histoire tout à fait délicieuse. Il n’y a pas très longtemps de ça, elle a participé à un défilé de mode, comme ça pour s’amuser.

Blair : je sais que je dois vous paraitre plus conventionnelle que la jeune femme de tout à l’heure mais Yale est une école de traditions n’est-ce pas ?

Le doyen : et bien justement, nous nous efforçons de changer cette image beaucoup trop guindée. Je vous écoute.

Blair : et bien je sais que je ne suis pas disons à mon aise quand je suis avec des inconnus et il y a peu de chance que je vous donne l’impression de me connaitre depuis toujours alors qu’on vient de se rencontrer. Quand à mes éclats de rire, il y a gros à parier que leur coquetterie ne vous fera pas esquisser un sourire. Je ne suis donc pas spontanée ni délicieuse, ni pleine de surprises et mes cheveux ne scintillent pas au moindre rayon de soleil. S’il y a quoi que ce soit que vous devez connaitre sur moi, c’est dans ce dossier je m’en suis assurée. Il y a autre chose que vous souhaiteriez me demander concernant mes projets pour ce soir peut-être ?

Le doyen : euh, il y a énormément à faire sur le campus, je suis sur que vous trouverez votre bonheur.

Blair : ce fut un immense plaisir pour moi de vous rencontrez.

Le doyen : bon et bien bonne chance.

Blair : tu fais quoi Serena ?

Serena : oh ces deux étudiants étaient en train de me montrer le catalogue des cours.

Blair : non tu fais ici à Yale ? C’est mon territoire.

Serena : j’admets qu’au début je voulais seulement te punir pour les horreurs que tu m’as dite ce matin.

Blair : d’accord considère-moi comme punie, maintenant tu peux rentrer chez toi.

Serena : le truc c’est que je me plais bien ici finalement, le campus est magnifique les gens sont tous ultra sympas et tu sais qu’il y a une super école d’art dramatique.

Blair : évidemment que je suis au courant, elle est de renommée mondiale.

Serena : le doyen m’a ouvert les yeux, il m’a dit qu’on me focalisant uniquement sur Brown, je m’étais fermée à toutes les autres possibilités.

Blair : c’est une révélation charmante mais inutile, regarde la réalité en face, tu n’es pas prête de mettre les pieds dans cette école.

Serena : allô ? Une soirée en petit comité chez le doyen ce soir ? Mais j’en serais très honorée merci.

Blair : ne me dis pas que tu es invitée à ma soirée ?

Serena : je me chercherais un autre plan si j’étais toi, j’étais la dernière personne à joindre.

Blair : après tout ce que tu m’as volé, Nate, l’attention de ma mère, celle des filles du lycée, tu n’as pas le droit de me prendre ça parce que si jamais tu osais je te promets que je te le ferais payer.

Serena : que ce soit bien clair, je ne t’ai rien pris, on m’a invité et pour ce qui est de me faire payer, tu peux toujours essayer.

Gossip Girl : en temps de guerre, le mot d’ordre est de ne jamais battre en retraite et de ne jamais se rendre mais celui qui a établi cette règle ne connait pas nouvelle Serena.

A l’atelier.

Gossip Girl : aperçue, la petite Jenny ayant perdue ses grands airs et nourrissant de grands espoirs.

Une fille : tu as jeté un œil aux échantillons ? Eleanor veut ton avis.

Jenny : ah non pas encore mais je vais le faire tout de suite.

Eleanor : je ne savais pas que c’était la journée des papas à l’atelier.

Rufus : c’était une idée de Jenny pour me montrer c’était si important pour elle. Vous avez une minute ?

Eleanor : juste une.

Rufus : je lui ai promis quelque chose ce matin et je ne suis pas sur de pouvoir tenir ma parole, j’ai besoin de votre aide.

Eleanor : allez-y je vous écoute.

Rufus : virez-la.

Eleanor : il est hors de question que je fasse ça, dans le milieu de la mode on commence jeune et là c’est le tour de la petite.

Rufus : elle n’a que 15 ans. On ne peut pas attendre qu’elle soit un peu plus mure ?

Eleanor : sincèrement, vous vous rappelez les rêves que vous aviez à  15 ans monsieur Humphrey ? S’ils avaient commencé à se réaliser, vous les auriez fait attendre ?

A Yale.

Chuck : et assure-toi qu’elles n’aient peur de rien d’accord ? Ces types pourraient avoir des envies particulières, j’avais bien cru comprendre que je n’étais pas une bête en géo mais tu sais que Providence se trouve dans le Road Island ?

Serena : je n’ai pas le temps de t’expliquer j’ai été invitée à la soirée du doyen, je file me préparer.

Chuck : la soirée du doyen, cool tu vas répondre quoi à ses questions ?

Serena : oui.

Chuck : non, non avec quel personnage réel ou imaginaire, vivant ou mort rêveriez vous de partager un diner ? D’après la rumeur si ta réponse impressionne suffisamment le doyen, tu atterris direct sur la liste des admissions, enfin c’est ce que dit Blair.

Serena : oh j’aurais du lui laisser ma place tout à l’heure.

Chuck : tu as été invitée et pas elle ? Tu as de la chance d’être encore en vie.

Serena : oui bah je ne le resterais pas longtemps si je ne trouve pas très vite une réponse.

Chuck : piques celle de Blair, elle n’en a plus besoin de toute façon.

Serena : non mais tu rigoles, je ne peux pas faire ça même si elle est géniale.

Chuck : Georges Sand.

Serena : non ! Je ne voulais pas que tu me le dises et puis d’abord comment tu sais ça toi ? Attends, pourquoi Blair irait diner avec un type qui s’appelle Georges ?

Chuck : créature de rêve qui s’appelait Georges et s’habillait comme un homme, apparemment c’est l’écrivain préféré du doyen et je le sais parce que discuter avec Blair de la manière dont elle entrera à Yale la rend complètement…

Serena : Chuck, non tu m’as déjà dit 2 trucs que je n’aurais jamais voulu entendre dont un qui va me hanter toute ma vie.

Dans la chambre de Jordan.

Jordan : avant qu’on aille plus loin tous les deux, il y a quelque chose que j’aimerais savoir, il faudra me dire la vérité, toi qui est écrivain, tu penses quoi de Marcus ?

Nate : Marcus euh alors ça c’est balaise.

Jordan : ouais tu as raison c’est trop général, on n’a qu’à prendre l’amour au temps du choléra.

Nate : oh extrêmement douloureux. Ne rigole pas je suis sérieux, j’ai essayé de la lire mais je n’ais pas pu aller jusqu’au bout la honte.

Jordan : tu me fais rire. Tu es gentil, pas comme les écrivains que je connais. Oui qui est là ?

Dan : salut, Jordan Still ?

Jordan : excuse-moi on se connait ?

Dan : non des profs assistants m’ont dit que tu bossais au département littérature.

Jordan : oui mais là ça ne te dérange pas de repasser plus tard ?

Dan : désolé de t’embêter avec ça maintenant mais c’est une question de vie ou de mort, je dois trouver quelqu’un qui veuille bien lire mon travail et m’écrire une lettre avant la fin du week-end et je me demandais si tu pouvais m’aider. Nate ?

Jordan : que je t’aide à faire quoi ?

Dan : je le connais lui c’est Nate Archibald.

Nate : non tu ne me connais pas.

Jordan : non lui c’est Dan Humphrey.

Dan : non, quoi ?

Jordan : Nate Archibald.

Dan : Dan Humphrey.

Nate : sérieusement elle était vraiment dingue de moi et deux secondes d’après elle me balance son bouquin à la figure.

Dan : un Wogner édition original, je te le dis entre nous.

Nate : c’est ça fait le malin mais entre nous tu n’étais pas obligé de me griller avec elle.

Dan : bon et j’aurais du faire quoi ? Te regarder bousiller ma dernière occasion avec le département de littérature pour que tu t’envoies en l’air incognito.

Nate : non ça n’a rien à voir.

Dan : tu t’es bien marré parce que mon avenir.

Nate : je te jure que non, laisse-moi t’expliquer d’accord ?

Dan : écoute Nate, j’ai bien conscience que ta vie doit être compliquée en ce moment avec ta famille et je ne sais pas peut-être aussi avec les filles, mais tu n’as pas le droit de te faire passer pour moi, peut-être que ça se fait dans ton monde mais ça ne se fait par dans le mien.

Nate : tu n’en as pas marre d’être comme ça, de toujours en vouloir à la terre entière ? Pas étonnant que Serena ait rompu.

Blair : re bonjour Shirley, j’aimerais avoir une invitation pour la réception du doyen ce soir et vous allez m’en obtenir une.

Shirley : je suis navrée, je ne gère pas ce qui entre dans le cadre de sa vie privée.

Blair : bien au contraire je le tiens de source sure et je dois revenir dans les bonnes grâces du doyen.

Shirley : les entretiens sont affreusement stressants pour vous.

Blair : consultez vos mails.

Shirley : oh.

Blair : 18ème siècle, vous savez comme c’est rare une paire de figurine de cette époque, j’ai demandé à la salle des ventes de me les mettre de coté juste au cas où.

Shirley : ce sera au 1100 High Avenu.

Gossip Girl : pauvre Serena, elle devrait connaitre les règles de B depuis le temps, vous n’êtes pas sur la liste, ne prenez pas la mouche, prenez les choses en mains.

Blair : merci.

A l’atelier.

Jenny : verdict ?

Rufus : je suis impressionné, ton travail est nettement apprécié et tu as une attitude professionnelle.

Jenny : c’est gentil.

Rufus : mais tu devrais retourner à l’école.

Jenny : mais tu as dit que tu étais impressionné. Ce n’est pas logique, je ne comprends rien.

Rufus : je suis désolé, ma puce je ne veux pas que tu lâches l’école, c’est trop important.

Jenny : d’accord si c’est ta décision je l’accepte. J’ai conclu un marché et je vais m’y tenir.

Rufus : je suis étonné, je m’attendais à des pleurs et des cris.

Jenny : tu m’as promis de me laisser une chance et tu l’as fait. Par contre tu veux bien me laisser faire une dernière course avant de rentrer à la maison ?

Rufus : bien sûr.

Jenny : merci.

Chez le doyen.

Blair : tu cherches encore une réponse à la devinette du doyen ?

Serena : tu as réussi à te faire inviter en fin de compte ?

Blair : ce que je veux je l’obtiens et ce soir c’est moi qui vais gagner. Alors c’est quoi ta réponse ? Oh non laisse-moi deviner Nicole Riccie.

Serena : essaie Georges Sand.

Blair : quoi, mais c’est…

Serena : ta réponse ? Plus maintenant. Tu as triché pour rentrer, je n’ai plus besoin de jouer franc jeu. Oh puis j’ai entendu dire que le doyen interrogeait ses invités par ordre alphabétique et comme V vient avant W, la réponse est tout à moi.

A Yale.

Chuck : ces messieurs ont demandé une soirée à la Chuck Bass, en voilà une en provenance directe de… en fait je n’en sais rien du tout mais sachez qu’on ne trouve pas mieux sur le marché et je vous préviens, elles ne parlent pas notre langue. Mais ça ne leur pose pas de problème. Oui au fait, ne vous contentez pas d’une seule. Elles sont top quand elles bossent à 3.

Un gars : pas mal Bass mais ce n’est pas terminé. Tu as assuré avec les filles mais c’est des filles rien de plus, tu dois encore nous prouver ta loyauté. On veut Nate Archibald. On sait que c’est un pote à toi et on sait qu’il est sur le campus.

Chuck : Archibald est une perte de temps.

Le gars : on n’est pas cet avis.

Un autre gars : ma famille a perdu un bon paquet à cause de son père.

Le gars : vas le chercher et met-le à mort. Tu as une heure pas plus, tu veux entrer dans le clan ? Ramène-nous Archibald. Est-ce que c’est bien compris ?

A la soirée du doyen.

Blair : on dit zi pas du, pour témoigner son respect, c’est surement pour cela que tu ne sais pas l’utiliser. Blair Waldorf, je vous cherche depuis le début de la soirée, vous étiez le professeur préféré de mon père, vous savez qu’il est parti s’installer en Europe ?

La prof : vraiment ?

Blair : allons discuter dans un endroit plus tranquille.

La prof : ouais.

A Yale.

Nate : bah alors tu es où là ?

Chuck : désolé j’étais très pris.

Nate : dis, tu n’as pas envi de rentrer ce soir par hasard ? Parce que moi sincèrement je n’en peux plus de cette fac.

Chuck : tu as encore fait ton chaud ?

Nate : non par contre je me suis fait jeter, tout le monde sait qui je suis, ils sont au courant pour mon père en plus il y a une embrouille avec Dan Humphrey.

Chuck : j’aimerais pouvoir te dire que ça m’intéresse et le penser vraiment mais comme ce n’est pas le cas, on se retrouve et on se met la tête à l’envers ?

Nate : ouais on n’a qu’à faire ça. Ça te dit quelque chose le Nice Bar en dehors du campus ?

Chuck : on se voit là bas. Attends-moi.

Nate : ça marche ?

Chuck : c’est réglé, allons-y.

A la soirée du doyen.

Blair : j’ai beaucoup d’admiration pour Henri VIII mais je préfère sir Thomas More, j’ai trouvé merveilleux qu’il ait été canonisé par Benoit XV.

Serena : non mais ce n’est pas plutôt Pie XI dont il s’agit ?

Un homme : très juste mademoiselle.

Serena : Van Der Woosen.

L’homme : Van Der Woodsen, enchanté.

Serena : bonsoir.

L’homme : peu de gens sont capables de citer les papes dans l’ordre chronologique.

Un autre homme : tu peux venir ?

L’homme : vous voulez bien m’excuser.

Blair : comment tu peux savoir ça toi ? Tu as dormi en cours d’histoire pendant toute l’année.

Serena : j’adore la série les Tudors, Henry Cavill me fait complètement craquer, tu as l’air plutôt sereine pour quelqu’un qui a perdu la réponse parfaite à la devinette du doyen.

Blair : tu ne t’imagines quand même pas que je suis venue sans avoir réfléchi à une réponse de secours, oh et je te préviens tout de suite, elle ne laissera personne indifférent ça va être une tuerie.

Le doyen : s’il vous plait. Nous voilà enfin arrivé au moment de la soirée que je préfère, celui qui a pris au fil des années le délicieux surnom de probatu.

Blair : c’est du latin, ça veut dire quizz.

Le doyen : bien, nous allons commencer par monsieur Applebor.

Sur le campus.

Dan : hey doucement, non lâchez-moi !

Chez le doyen.

Le doyen : c’est au tour de mademoiselle Stanbird, vous avez répondu Artémis.

Mlle Stanbird : Artémis est la déesse grecque de la forêt et de la colline, je suis végétarienne et je pense que tous les organismes vivants sont égaux aux êtres humains.

Serena : je suis vraiment contente qu’il nous interroge par ordre alphabétique comme ça je verrais la tête que tu feras quand je donnerais ta réponse avant toi.

Blair : je peux d’ores et déjà te dire que j’aurais la tête de quelqu’un qui s’est défendu.

Mlle Stanbird : et qui rend à l’homme la monnaie de sa pièce par la même occasion.

Le doyen : c’était fort intéressant mademoiselle Stanbird, écoutons à présent mademoiselle Van Der Woodsen, le personnage avec lequel vous aimeriez diner réel ou imaginaire, vivant ou mort, c’est Pete Ferman ? Je ne connais pas cette personne. Qui est Pete Ferman ?

Serena : euh en fait c’est euh comment dire c’est…

Blair : l’homme que Serena a tué.

Serena : je n’arrive pas à croire que tu ais fait ça.

Blair : pourquoi, ce n’est pas comme si tu ne l’avais pas mérité.

Le doyen : mademoiselle Van Der Woodsen, vous voulez peut-être vous expliquer.

Serena : bien sûr doyen Berub. Donc Pete Ferman est un homme que j’ai connu.

Blair : un homme accessoirement dealer.

Le doyen : mademoiselle Waldorf laissez-la parler.

Serena : il est mort il y a presque deux ans de cela alors que j’étais avec lui, ce qui est arrivé est une véritable tragédie et j’éprouve encore aujourd’hui énormément de regrets, mais je ne suis pas responsable de sa mort.

Blair : et la vidéo coquine, tu n’en es pas responsable ? Pas très sexy si vous voulez mon avis.

Serena : Blair, ça suffit, doyen Berub, si ça ne vous dérange pas on sort régler cette histoire en privée.

Le doyen : prenez tout le temps qu’il vous faudra.

Blair : au fait ma réponse était Georges Sand, c’est mon idole, je l’adore, je la vénère.

Dehors.

Blair : enlève tes sales pates de moi ou tu veux me tuer moi aussi ?

Serena : un type est mort et toi tu t’en sers pour un jeu stupide, tu es vraiment atteinte.

Blair : il ne s’agit pas d’un jeu stupide, il ne s’agit pas non plus d’une soirée insignifiante, il s’agit de Yale, mon rêve, tu as dépassé les bornes.

Serena : toi aussi quand tu as décidé d’utiliser Pete et si ça te gênes que je sois là tu n’as qu’à te plaindre à l’école. Dis-moi que tu n’as pas fait ça.

Blair : à ton avis pourquoi tu as été invitée ? Tu sais très bien que tu ne corresponds pas à Yale alors c’est grâce à quoi, ta photo en page 6 ? Ta photo qu’on voit partout ? Regarde les choses en face Serena, Yale veut rebooter sa cote de popularité comme les autres écoles et pour ça ils prennent des filles comme toi.

Serena : mais tu vas la fermer !

Blair : c’est toi qui vas la fermer !

Serena : tiens attend ton serre tête, de tout façon il est moche !

Blair : mon serre tête, saleté ! Aïe !

Chez Lily.

Rufus : tu es sure que ça ne dérange pas les gens qu’on vienne chez eux comme ça.

Jenny : non, la gouvernante m’attend normalement. Larissa ?

Rufus : pour quoi travaille Larissa, tu ne m’as même pas dis chez qui on allait. Jenny ?

Jenny : mais elle n’est pas là, je pensais que ça ne te gênerait pas.

Lily : Rufus. Oh, euh c’est une robe de Serena, j’ai eu envi de l’essayer pour m’amuser.

Jenny : excusez-moi quand j’ai appelé, Larissa m’a dit que vous sortiez et que je pouvais venir déposer ça, j’avais oublié de le mettre dans la housse de votre robe. Mais je crois que finalement ça ne vous sera pas utile, cette robe est une merveille sur vous, par contre les chaussures sont très jolies mais je peux aller en chercher qui iront mieux si vous voulez.

Lily : alors ça sera à l’étage, troisième porte à gauche.

Jenny : j’y vais.

Lily : comment tu vas ?

Rufus : bien, pardon pour l’intrusion.

Lily : tu parles ce n’est rien, c’est toujours un plaisir de te voir.

Rufus : d’accord, c’est calme chez toi.

Lily : oui Bart est en voyage d’affaire, Serena et Charles passent le week-end à l’université et Eric a un nouveau copain, enfin semble-t-il.

Rufus : ton appartement est superbe, toi aussi d’ailleurs elle est superbe cette robe.

Lily : pas étonnant c’est ta fille qui l’a dessinée. Tu as beaucoup de chance d’avoir une fille aussi talentueuse et qui n’a pas à attendre pour faire ce dont elle rêve, c’est un don du ciel. Toi aussi tu en avais un si je me souviens bien.

Jenny : et voilà la paire de chaussure parfaite pour cette robe.

Lily : il ne me reste plus qu’à les prêter à Serena quand elle la portera.

Jenny : d’accord.

Rufus : viens Jenny il faut qu’on y aille.

Jenny : ok, au revoir.

Lily : au revoir.

Rufus : je voulais te dire, quoi que tu puisses porter, tu es toujours resplendissante.

Dans un bar.

Nate : ce n’est pas vrai Chuck, t’es où ? Ca fait des plombes que je t’attends, rappelle-moi s’il te plait.

Un gars : on crève de soif Mike.

Mike : j’ai compris.

Un gars : on vient de donner une bonne leçon à Archibald, il ne risque pas de remettre les pieds à Yale, quel gros nase ce mec.

Nate : excusez-moi, vous parlez de Nate Archibald ?

Le gars : ouais on vient d’attacher ce bouffon à la statue du pavillon, un bon moment. J’espère qu’il va se les geler sévère.

Nate : vous vous êtes trompez de personne, c’est moi Nate Archibald et je suis impatient de revenir l’année prochaine pour vous botter les fesses, en fait pourquoi attendre. Ok ça peut attendre.

Le gars : attrapez-le !

Sur le campus.

Dan : oh ce n’est pas vrai, s’il vous plait pardon bonsoir, je sais que c’est une question bizarre mais vous pouvez me détacher ? S’il vous plait monsieur, oui vous là. S’il vous plait auriez-vous l’extrême amabilité de venir me…

Nate : Dan ? J’espère au moins que tu lui as offert un café avant.

Dan : ouais et bien je ne suis pas sur de vouloir que tu m’aides.

Nate : tu ne dirais pas non si tu savais que tu es là uniquement parce qu’on t’a pris pour moi.

Dan : je ne vois pas comment c’est possible, moi je n’ai pas menti sur mon nom.

Nate : non mais j’ai l’impression que quelqu’un l’a fait à ta place.

Dan : qui pourrais bien vouloir du mal à quelqu’un aussi parfait que Nate Archibald ?

Nate : apparemment pas mal de gens ne peuvent plus saquer mon père et l’attende au tournant. Je crois bien qu’il a flingué un paquet d’héritage ici. Ah ce nœud ce n’est pas vrai.

Dan : ouais ne m’en parle pas. Euh dis, tu pourrais accélérer le mouvement s’il te plait il y a une personne du sexe féminin qui vient vers nous. Je ne suis pas particulièrement fier de mon choix de caleçon.

Jordan : encore vous deux ?

Nate : ouais.

Dan : salut.

Jordan : c’est avec cette performance théâtrale que vous avez prévu d’attirer mon attention ?

Dan : ah pourquoi, tu crois que ça pourrait marcher ?

Jordan : pousse-toi, ma mère était dans la marine. Tu parles d’un nœud.

Devant chez le doyen.

Serena : je ne peux pas continuer comme ça Blair.

Blair : c’est parce que tu étais à deux doigts de perdre. Je t’ai clouée au sol avec ma prise, ne dis pas le contraire.

Serena : je ne te parle pas de la bagarre de ce soir mais de tout le reste, les petites guerres, les trahisons, devoir en permanence faire gaffe à ne pas poser le pied sur mine, c’est épuisant.

Blair : moi aussi j’en ai marre qu’est-ce que tu crois. J’en ai marre de toujours avoir l’impression d’être la fée carabosse à côté d’une pub pour le shampoing, la vie est courte mais elle parait si longue avec toi.

Serena : si c’est ce que l’on ressent on devrait peut-être mettre un terme à notre amitié. De toute façon avec la fac on aurait fini par s’éloigner l’une de l’autre, autant tout arrêter dès maintenant non ?

Blair : c’est bon pour moi, tu vis ta vie et moi la mienne.

Serena : c’est une bonne idée.

Blair : je suis d’accord.

Gossip Girl : on les a connu camarades puis adversaires, on croyait avoir tout vu mais non nous voilà dans une situation inédite. Serena et Blair appelant au cesser le feu, après une lutte aussi acharnée est-ce qu’un des camps peut encore revendiquer la victoire ?

Au loft.

Jenny : qu’es-ce qu’il y a, vous avez une mauvaise nouvelle ?

Vanessa : ne t’inquiète pas tout va bien.

Rufus : euh quand j’avais ton âge mon rêve c’était de devenir musiciens mais mes parents pensaient que c’était une mauvaise idée. Ça n’a pas été la joie pendant des années et hier soir je me suis rendu compte d’une chose, rien ne nous oblige à reproduire ce schéma.

Jenny : ce qui veut dire ?

Vanessa : ton père m’a demandé d’apporter tout ce que j’avais sur les cours par correspondance.

Rufus : on fera le point sur la situation après noël et si ça roule on verra si on peut t’inscrire dans une école de mode le semestre prochain.

Jenny : comme Vera Wong ? Oh merci, merci, merci, merci ! Je ne te décevrais pas, promis.

Rufus : je te fais confiance.

A Yale.

Blair : qu’est-ce que tu fais ici ? Tu vas dire au doyen que tout est de ma faute ?

Serena : non je suis venue lui dire que Yale était ton rêve et que tu méritais plus que moi d’y entrer et toi qu’est-ce que tu fais là ?

Blair : la même chose que toi.

Serena : je n’ai pas dormi de la nuit, je n’arrêtais pas de penser à la première fois qu’on est venues quand on avait neuf ans. Ton père nous avait emmenées à un match opposant Yale à Harvard et toi tu as taclé la fille d’un sénateur parce qu’elle portait les couleurs d’Harvard.

Blair : je ne suis pas certaine que les traces d’herbes soient parties. Je n’ai pas envi de t’ignorer. Je ne peux pas t’ignorer.

Serena : peut être qu’on a eu cette horrible de dispute parce que la perceptive de devoir se séparer l’année prochaine était trop difficile à supporter.

Blair : alors ?

Serena : tu ne pars pas sans moi, on rentrera ensemble.

Blair : d’accord.

Nate : alors tu crois que tu vas pouvoir lui donner un petit coup de main ?

Jordan : je ne peux rien te promettre pour l’instant mais je suis pratiquement sure de pouvoir trouver quelqu’un qui voudra bien te lire et t’écrire une lettre de recommandation.

Dan : génial, je ne sais pas comment te remercier, c’est si bon de savoir que mon rêve d’entrer à Yale n’est pas mort, enfin il est embarrassé et humilié mais pas mort.

Nate : et moi je regrette de t’avoir menti, c’était idiot mais j’avais besoin d’être quelqu’un d’autre.

Jordan : bon mais la prochaine fois que tu reviendras tu pourras être toi-même.

Nate : d’accord.

Jordan : cool, je n’en avais rien à faire de ton nom, tu me plaisais. A bientôt Dan.

Dan : à bientôt. Tu fais un meilleur Dan Humphrey que Dan Humphrey tu le sais ça ?

Nate : vraiment ?

Dan : et ton regard dans le vague, je peux le garder ?

Nate : je t’en pris.

Un gars : le voilà. On dirait que quelqu’un a sacrément merdé en nous livrant la mauvaise personne.

Chuck : c’était peut être la mauvaise personne pour vous mais c’était la bonne pour moi.

Le gars : tu nous le paieras quand tu reviendras l’année prochaine.

Chuck : je n’ai pas l’intention de m’inscrire ici et tu sais les charmantes jeunes femmes d’hier soir, elles ont pris des souvenirs d’actes promettant avec leurs minis appareils photos. Vous êtes peut être les futurs dirigeants de notre pays mais vous êtes à présent à la merci de Chuck Bass, c’est moi le boss. Gardez-la, j’en ai encore plein. On s’est loupé hier soir.

Nate : tu en es sur ? En fait tu n’avais pas prévu dès le départ de te débarrasser de moi ?

Chuck : quoi ?

Nate : je sais ce que tu as fait.

Chuck : tu devrais être content ces types allaient t’en faire baver, je t’ai sauvé la peau.

Nate : tu n’étais pas obligé de balancer Dan.

Chuck : j’ai fait d’une pierre deux coups, c’était une super opportunité et puis depuis quand tu t’intéresses à monsieur insipide ? Ce mec est rien, il est même moins que rien.

Nate : ah ouais ? Moi je le trouve plutôt cool.

Chuck : on se reparle dans la voiture.

Nate : je crois que finalement je préfère prendre le train.

Blair : toi non plus tu n’as rien pu lire sur le visage du doyen ?

Serena : non il n’a rien laissé transparaitre.

Blair : bon après tout ce qu’il s’est passé on est bonne pour atterrir à Hunter c’est obligé, on devrait faire nos adieux pour de bon.

Serena : allô ?

Le doyen : Serena, doyen Berub à l’appareil.

Serena : oh bonjour monsieur.

Le doyen : je tenais simplement que vous sachiez qu’en dépit du regrettable incident de l’autre soir, je demeure très impressionné par votre dossier, la liste des admissions anticipées sera publiée en décembre, votre nom y figurera très probablement.

Serena : mais c’est une excellente nouvelle, et Blair ?

Le doyen : Blair ainsi que tous les autres candidats présentant les mêmes aptitudes seront fixées sur leur sort au printemps, si vous n’y voyez pas d’inconvénient j’aimerais faire un communiqué de presse au sujet sur votre visite au sein de notre glorieux campus.

Serena : je vais devoir vous rappelez, au revoir. Je ne peux pas accepter, pas dans ces conditions.

Blair : quoi ? Il ne faut pas que tu refuses, on se fiche de comment tu as pu en arriver là, ne gâche pas ta chance.

Serena : non tu es ma meilleure amie, on doit tout partager.

Blair : tu ne peux pas partager ça.

Serena : on va trouver un moyen toutes les deux.

Gossip Girl : les rêves, tout le monde en fait, des beaux, des mauvais, des qu’on aimerait pouvoir oublier. Parfois on se rend compte qu’ils ne nous correspondent plus et parfois il nous semble qu’ils vont enfin devenir réalité. A côté de cela, certains d’entre nous ne font que des cauchemars mais peut importe ce dont vous rêvez, quand vient le petit matin la réalité reprend ses droits et les rêves reprennent peu à peu. Tâchez de rêver de moi, bisous, bisous Gossip Girl.  

Kikavu ?

Au total, 112 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

noemie3 
01.06.2019 vers 23h

Vanou0517 
20.05.2019 vers 14h

Blair16 
02.05.2019 vers 19h

laurora34 
22.11.2018 vers 14h

david2206 
20.10.2018 vers 16h

Kln16 
16.08.2018 vers 14h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente

[Jeu] Le Survivor
Hier à 19:02

[Jeu] Synonyme
Hier à 15:08

Saison 5
14.10.2019

Saison 3
02.10.2019

Aide-nous !
02.10.2019

Photos Promo
02.10.2019

Sondage
02.10.2019

2019
01.10.2019

Actualités
Blake Lively aurait accouché !

Blake Lively aurait accouché !
C'est en toute discrétion que le 3ème enfant de Blake Lively et Ryan Reynolds serait né ! Les 2...

Photo du mois : Halloween

Photo du mois : Halloween
Il était grand temps de changer la photo du mois ! Le thème de ce mois d'octobre est : Halloween !...

Calendrier d'octobre

Calendrier d'octobre
Le calendrier débarque dans l'Upper East Side ! Bon mois d'octobre à tous !  >Voir le calendrier en...

Sondage

Sondage
Deux actrices de la série sont aussi chanteuses...Quel style préférez-vous ? A vous de départager...

Jessica de sortie

Jessica de sortie
Jessica Szohr était de sortie le 25 septembre dernier à l'occasion d'un évènement organisé par la...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

Deux actrices de la série sont aussi chanteuses...Quel style préférez-vous ?

Total : 16 votes
Tous les sondages

Téléchargement
HypnoRooms

Flora12, Avant-hier à 15:24

Nouveau sondage sur le quartier Sanctuary, venez nombreux !

cinto, Avant-hier à 18:49

Un nouveau titre pour Ma sorcière bien aimée? N'hésites pas à voir le sondage , à voter et à commenter. Merci pour votre passage.

cinto, Avant-hier à 18:51

Vous voulez poser une question à Henry? RDV au sondage chez The Tudors et Régalez-vous à commenter. Merci à tous.

CastleBeck, Avant-hier à 22:21

Un nouveau concours d'écriture vous attend sur le quartier Castle. Merci

juju93, Hier à 22:14

3ème catégorie des L d'or de The L Word : le personnage masculin (oui masculin vous avez bien lu) qui aurait mérité d'être + approfondi.

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site